Les théâtres

Théâtre Tristan Bernard 

Tristan Bernard - Salle
  • Théâtre Tristan Bernard Tristan Bernard - Salle
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard

64, rue du Rocher
75008   Paris

T : 01.45.22.08.40

Du lundi au samedi de 11h à 19h

Direction : Béatrice VIGNAL

Directeur Artistique : Pascal GUILLAUME

La fondation Léopold-Bellan construit en 1911 le théâtre par pour accueillir les réunions et les spectacles éducatifs de son institution de jeunes filles.  En 1919  la salle s'ouvre au public sous le nom de théâtre Albert-Ier, en l'honneur du roi belge. La fondation est aujourd'hui toujours propriétaire du théâtre.

 

Proche des Batignolles, à mi-chemin entre la Place Clichy et les beaux quartiers du VIIIème arrondissement, le Théâtre Tristan Bernard porte le nom de l'auteur dramatique, célèbre pour ses mots d'esprit, qui en prend la direction dans les années 1930 et y créa nombre de ses comédies mordantes.

 

Dans le seconde moitié des années 30, le comédien Charles de Rochefort de retour des Etats-Unis rouvre la salle alors renommée théâtre Charles de Rochefort. On y joue des pièces policières et à suspens dont le genre est très apprécié de puis le succès d'Allo, Police secours dont l'auteur connu sous le nom de Chas D. Strongstone n'est autre que le propriétaire du théâtre. La salle accueille en outre au mois de mai le concours annuel des Jeunes Compagnies de théâtre. Mais Charles de Rochefort, blessé pendant la seconde Guerre Mondiale, n'est plus en mesure de diriger le théâtre à son retour de mobilisation. Sa femme, l'actrice Mary Grant prendra ainsi sa succession jusqu'en 1972, aidée de son fils Jean Dejoux.

 

En 1973, le metteur en scène, comédien et auteur Dominique Nohain, fils de l'animateur radio et télévision Jean Nohain, rachète le théâtre et le renomme théâtre Tristan-Bernard.

 

Edy Saiovici lui succède en 1986 et redonne à la salle tombée un peu désuétude un coup de neuf et en fait un temple de la comédie moderne. Il en assurera la direction jusqu'à sa mort en 2013. Sa femme Mireille Saiovici le remplace aujourd'hui. Le théâtre continue d'être animé par un esprit jonglant entre critique sociale, virtuosité littéraire et humour, un cocktail qui a prouvé son efficacité.

 

Pour plus d'informations sur le Théâtre Tristan Bernard, rendez-vous sur son site Internet ou retrouvez ci-dessous les pièces à l'affiche dans ce théâtre.

A l'affiche au Théâtre Tristan Bernard

Et si on ne se mentait plus ?

Et si on ne se mentait plus ?

de Emmanuel GAURY, Mathieu RANNOU

Et si on ne se mentait plus ?  raconte l’amitié de Lucien Guitry, Jules Renard, Tristan Bernard, Alfred Capus et Alphonse Allais.   Au cours de déjeuners mémorables chez Lucien au 26, place... Lire plus

Et si on ne se mentait plus ?  raconte l’amitié de Lucien Guitry, Jules Renard, Tristan Bernard, Alfred Capus et Alphonse Allais.
 
Au cours de déjeuners mémorables chez Lucien au 26, place Vendôme, ces cinq stars de la Belle Époque ne s’arrêtaient de sourire que pour rire aux éclats. Lors de ces moments fraternels les répliques fusent et le vin coule à flots.
 
Pourtant, en octobre 1901 ils font face à un tournant dans leur amitié : pendant que les uns doivent faire un choix entre la gloire et l’amitié, d’autres se demandent si, pour une femme, ils peuvent mentir à leurs amis. Et pour de l’argent ?
 
Le mensonge, surtout en amitié, c’est ce qui met du poivre dans le sel de l’existence.
  Fermer

  • Mise en scène : Raphaëlle CAMBRAY

La presse parle du Théâtre Tristan Bernard

Logo Le Parisien

Et si on ne se mentait plus ?

Jubilatoire [fin et drôle] !

Et si on ne se mentait plus ?

Une belle bouffée de nostalgie

Logo Figaroscope

Et si on ne se mentait plus ?

Un régal de finesse et d’intelligence

Logo L'Express

Et si on ne se mentait plus ?

Une pièce pleine de finesse

Logo Webthéâtre

Voyage au bout de la nuit

L’acteur est percutant, porteur aussi de la beauté des mots et de leur imparable drôlerie.

Gilles Costaz

Voir
Logo Le Figaro.fr

Voyage au bout de la nuit

Son interprétation est d’une justesse remarquable Humilité et brio.

Logo Télérama

Voyage au bout de la nuit

D’une réelle volupté.

Réduire la liste
Afficher tous

À lire aussi

Calendrier et Tarifs - Théâtre Tristan Bernard

Plan d’accès Théâtre Tristan Bernard

Comment se rendre au Théâtre Tristan Bernard

  • Saint Lazare, Villiers
  • 21, 27, 30, 53, 95
  • Saint Augustin, Villiers
  • Les théâtres
  • Les théâtres - 8ème arrondissement
  • Théâtre Tristan Bernard
  • Notre site utilise des cookies afin d’optimiser la qualité de votre visite et vous proposer des offres adaptées. En poursuivant votre visite vous consentez à l’installation de ces cookies. Vous pouvez prendre connaissance de notre politique de confidentialité et apprendre comment les désactiver en cliquant le lien ci-après.

    En savoir plus

    Fermer