Les théâtres

Théâtre Tristan Bernard 

Tristan Bernard - Salle
  • Théâtre Tristan Bernard Tristan Bernard - Salle
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard Théâtre Tristan Bernard
  • Théâtre Tristan Bernard

64, rue du Rocher
75008   Paris

T : 01.45.22.08.40

Du Lundi au Samedi de 11h à 19h

Direction : Béatrice VIGNAL, Pascal GUILLAUME

La fondation Léopold-Bellan construit en 1911 le théâtre par pour accueillir les réunions et les spectacles éducatifs de son institution de jeunes filles.  En 1919  la salle s'ouvre au public sous le nom de théâtre Albert-Ier, en l'honneur du roi belge. La fondation est aujourd'hui toujours propriétaire du théâtre.

 

Proche des Batignolles, à mi-chemin entre la Place Clichy et les beaux quartiers du VIIIème arrondissement, le Théâtre Tristan Bernard porte le nom de l'auteur dramatique, célèbre pour ses mots d'esprit, qui en prend la direction dans les années 1930 et y créa nombre de ses comédies mordantes.

 

Dans le seconde moitié des années 30, le comédien Charles de Rochefort de retour des Etats-Unis rouvre la salle alors renommée théâtre Charles de Rochefort. On y joue des pièces policières et à suspens dont le genre est très apprécié de puis le succès d'Allo, Police secours dont l'auteur connu sous le nom de Chas D. Strongstone n'est autre que le propriétaire du théâtre. La salle accueille en outre au mois de mai le concours annuel des Jeunes Compagnies de théâtre. Mais Charles de Rochefort, blessé pendant la seconde Guerre Mondiale, n'est plus en mesure de diriger le théâtre à son retour de mobilisation. Sa femme, l'actrice Mary Grant prendra ainsi sa succession jusqu'en 1972, aidée de son fils Jean Dejoux.

 

En 1973, le metteur en scène, comédien et auteur Dominique Nohain, fils de l'animateur radio et télévision Jean Nohain, rachète le théâtre et le renomme théâtre Tristan-Bernard.

 

Edy Saiovici lui succède en 1986 et redonne à la salle tombée un peu désuétude un coup de neuf et en fait un temple de la comédie moderne. Il en assurera la direction jusqu'à sa mort en 2013. Pascal Guillaume reprend la direction du théâtre en 2014 .Le théâtre continue d'être animé par un esprit jonglant entre critique sociale, virtuosité littéraire et humour, un cocktail qui a prouvé son efficacité.

 

Pour plus d'informations sur le Théâtre Tristan Bernard, rendez-vous sur son site Internet ou retrouvez ci-dessous les pièces à l'affiche dans ce théâtre.

 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

 

Groupes / Scolaires / Associations : Un spectacle vous intéresse ?

N’hésitez pas à nous solliciter pour obtenir des informations complémentaires autour des spectacles et afin d'organiser les modalités de votre sortie. 

communication@theatretristanbernard.fr

La presse parle du Théâtre Tristan Bernard

Logo Le Monde

La vie trépidante de Brigitte Tornade

« Un tourbillon familial mené tambour battant […] On rit beaucoup »

Brigitte Tornade, sa vie, sa famille, ses emmerdes Dérivée de la série radiophonique et de la bande dessinée, la pièce de Camille Kohler est menée tambour battant par Eleonore Joncquez au théâtre Tristan Bernard à Paris. Publié le 19 octobre 2019 Brigitte et... Lire plus

Brigitte Tornade, sa vie, sa famille, ses emmerdes

Dérivée de la série radiophonique et de la bande dessinée, la pièce de Camille Kohler est menée tambour battant par Eleonore Joncquez au théâtre Tristan Bernard à Paris.

Publié le 19 octobre 2019

Brigitte et Paul, parents trentenaires, s’aiment encore. Mais il y a la vie, « le rouleau de la vie » comme le chante si bien Alain Souchon. Ces urbains – surtout elle – courent partout mais ne savent plus après quoi. A l’origine, La vie trépidante de Brigitte Tornade était une fiction radiophonique. Dans l’émission La vie moderne sur France Culture, cinquante épisodes furent diffusés de 2012 à 2017. Camille Kohler y racontait le quotidien d’une mère de famille débordée par quatre enfants, un mari peu coopératif, un boulot passablement épanouissant et un quotidien épuisant. Ces pastilles sonores, devenues une bande dessinée en 2015, se sont transformées, cet automne, en création théâtrale. Et c’est une bonne idée.

Sur la scène du Tristan Bernard à Paris, l’adaptation imaginée par Camille Kohler nous entraîne dans un tourbillon familial mené tambour battant par Eleonore Joncquez. Cette comédienne attachante, qui a également mis en scène cette comédie, joue une Brigitte Tornade pétulante avec une remarquable énergie. A ses côtés, on découvre Paul, son mari depuis quinze ans – incarné avec une parfaite nonchalance par Vincent Joncquez –, trois vrais bouts de chou, un faux bébé, l’excellent Julien Cigana tour à tour patron sans état d’âme ou frère perdu dans son divorce et Clara Guipont en collègue de travail libérée, belle-sœur perchée ou grand-mère habituée au modèle patriarcal.

Une mère rincée

« Tu ne m’envisages que comme une mère », lâche Brigitte Tornade. « Tu frises le burn-out maternel », lui répond son mari. Il ne croit pas si bien dire. Au milieu de sa marmaille, cette femme active et mère rincée dresse le bilan de sa vie de famille, et de sa vie tout court. Elle cherche désespérément des échappatoires, quitte à mentir, pendant que son mari, éternel adolescent, élude les contrariétés en écoutant son idole, David Bowie. Chacun a sa dose de mauvaise foi, ses rêves inassouvis, ses ambitions malmenées et ses envies de mettre du piment dans un quotidien étouffant.

Charge mentale, partage des tâches domestiques, conciliation vie privée-vie professionnelle, éducation des enfants.... Les thèmes abordés par Camille Kohler n'ont rien d'une folle originalité. Fais pas si, fais pas ça, Parents mode d'emploi... Le filon a été usé à la télévision. Mais cette chronique théâtrale bien rythmée de la vie ordinaire d'une mère de famille agitée a le mérite de sonner juste. Les dialogues font mouche, le décor est ingénieux et la présence effective des enfants renforce la pertinence du propos. 

On rit beaucoup à regarder vivre cette famille dite "moderne" et cette Brigitte Tornade qui se démène, anticipe et planifie tout. Hormis quelques intermèdes dansés inutiles et une fin trop bon enfant, on ne s'ennuie jamais à suivre les péripéties de tout ce petit monde où chacun tente d'avoir droit au chapitre. L'effet miroir est garanti. 

Sandrine Blanchard. 

Fermer
Télécharger l’article Source
Logo Femme Actuelle

La vie trépidante de Brigitte Tornade

« Un spectacle charmant et intelligent qui dédramatise tout […] A ne pas rater ! »

La vie trépidante de Brigitte Tornade Femme textuelle.  On rit beaucoup avec cette Brigitte qui nous ressemble, son mari, ses enfants, son patron... Camille Kohler a le talent (pas si évident) de faire du quotidien un vrai petit spectacle, charmant et intelligent, qui dédramatise tout. Que la force de... Lire plus

La vie trépidante de Brigitte Tornade

Femme textuelle. 

On rit beaucoup avec cette Brigitte qui nous ressemble, son mari, ses enfants, son patron... Camille Kohler a le talent (pas si évident) de faire du quotidien un vrai petit spectacle, charmant et intelligent, qui dédramatise tout. Que la force de Brigitte soit avec nous ! 

Fermer
Télécharger l’article
Le journal des femmes

La vie trépidante de Brigitte Tornade

« Irrésistible […] filez découvrir la pièce »

Au Théâtre Tristan Bernard depuis le 18 septembre, "La Vie Trépidante de Brigitte Tornade" est mis en scène et incarné par Eléonore Joncquez, éléctrisate en mère de famille sur le point d'imploser. Un moment de rire communicatif et de joyeuse universalité !   ...

Télécharger l’article
Logo Télérama

La vie trépidante de Brigitte Tornade

« Rafraîchissant »

Mère débordée de quatre enfants, épouse d’un mari qui se la coule douce, Brigitte Tornade décide qu’elle a assez donné d’elle-même au foyer familial et bien trop sacrifié son émancipation professionnelle et sa sérénité intérieure à... Lire plus

Mère débordée de quatre enfants, épouse d’un mari qui se la coule douce, Brigitte Tornade décide qu’elle a assez donné d’elle-même au foyer familial et bien trop sacrifié son émancipation professionnelle et sa sérénité intérieure à la cause domestique. Chaque samedi matin, sous couvert de footing acharné, elle s’octroie donc quelques heures tranquilles aux terrasses des cafés. Ce spectacle relève un pari qu’il faut souligner puisque, sur scène, la progéniture du couple est présente et ne fait pas seulement de la figuration. Dans un décor astucieux (une paroi trouée de chausses-trapes), aux côtés de gamins turbulents, les acteurs n’en font ni trop, ni pas assez. Ils s’ébattent avec justesse dans les répliques tendues de cette comédie pertinente, alerte et satirique qui sait faire des poncifs une source de rires. La charge mentale, la misogynie, le partage des tâches, tout est dit sans que rien ne pèse. Rafraîchissant et édifiant.

Joelle Gayot

Fermer
Télécharger l’article Source
Logo ELLE

La vie trépidante de Brigitte Tornade

« Epopée contemporaine, désopilante et terriblement réaliste »

Epopée contemporaine, désopilante et terriblement réaliste. Charge hilarante contre la charge mentale, cette pièce tendre tout autant que militante brosse un tableau familial aux allures de miroir. Et laisse exploser le talent comique de Eléonore Joncquez, mère courage à fleur de peau et...... Lire plus

Epopée contemporaine, désopilante et terriblement réaliste. Charge hilarante contre la charge mentale, cette pièce tendre tout autant que militante brosse un tableau familial aux allures de miroir. Et laisse exploser le talent comique de Eléonore Joncquez, mère courage à fleur de peau et... tornade furieusement attachante. 

Anna Nobili

Fermer
Télécharger l’article
Logo BFM

La vie trépidante de Brigitte Tornade

« Un portrait de famille très réussi à l’énergie communicative. Ça fonctionne à plein régime. »

Logo Au balcon

La vie trépidante de Brigitte Tornade

« Une comédie très originale. Les acteurs jouent tous à merveille. »

Logo Webthéâtre

La vie trépidante de Brigitte Tornade

« Un vrai sens de la comédie. »

Logo A nous Paris

La vie trépidante de Brigitte Tornade

« Un spectacle à voir ! »

Logo Valeurs Actuelles

La vie trépidante de Brigitte Tornade

« La mise en scène est inventive, pressée, rythmée comme une fuite en avant...»

Logo Causette

La vie trépidante de Brigitte Tornade

« Si votre charge mentale est dans le rouge et que vous voulez rire un bon coup ! »

LA CONVIVIALITÉ - La faute de l’orthographe

"Au Tristan Bernard, deux professeurs belges osent remettre en question l'immobilisme de la graphie française."

Télécharger l’article
Logo Le Parisien

LA CONVIVIALITÉ - La faute de l’orthographe

"Drôle d'orthographe !"

Subtilement, avec la dose d'ironie et d'humour nécéssaire pour parler d'orthographe sans bayer aux corneilles, Arnaud Hoedt et Jérôme Piron nous font remettre en question nos préjugés lexicaux. Chapeau !

Télécharger l’article
Logo Télérama

LA CONVIVIALITÉ - La faute de l’orthographe

"Une heure durant on apprend des choses tout en s'amusant. Plutôt sympathique, non ?"

La Convivialité, la faute de l'orthographe "Les absurdités de la langue française, sujet inépuisable, s’il en est ! Pourquoi certains mots prennent un « s » au pluriel et d'autres un « x » ? Que dire des règles d'accord de l'auxiliaire avoir ?... Lire plus

La Convivialité, la faute de l'orthographe

"Les absurdités de la langue française, sujet inépuisable, s’il en est ! Pourquoi certains mots prennent un « s » au pluriel et d'autres un « x » ? Que dire des règles d'accord de l'auxiliaire avoir ? Même s'ils ont été profs de français, Arnaud Hoedt et Jérôme Piron ne dispensent pas ici un cours, mais proposent « une conférence-spectacle pop et iconoclaste ». Ces deux Belges entendent démontrer avec humour que notre norme orthographique, reposant sur d'obscures règles, est souvent arbitraire. Ils n'hésitent pas non plus à affirmer que l'Académie française a un vrai potentiel comique. Même si l'aspect conférence l'emporte parfois sur le spectacle, une heure durant on apprend des choses tout en s'amusant. Plutôt sympathique, non ?"

Michèle Bourcet

Fermer
Télécharger l’article Source
Logo Le Monde

LA CONVIVIALITÉ - La faute de l’orthographe

"Erudit, drôle, bien mené, La Convivialité ou la faute de l’orthographe est un objet scénique atypique qui titille les méninges."

Que l’orthographe soit votre bête noire, votre point fort ou une discipline dont vous vous êtes accommodé bon an mal an, cette conférence-spectacle ne vous laissera pas indifférent. Arnaud Hoedt et Jérôme Piron, deux professeurs belges passionnés de linguistique, décortiquent sur... Lire plus

Que l’orthographe soit votre bête noire, votre point fort ou une discipline dont vous vous êtes accommodé bon an mal an, cette conférence-spectacle ne vous laissera pas indifférent. Arnaud Hoedt et Jérôme Piron, deux professeurs belges passionnés de linguistique, décortiquent sur la scène du Théâtre Tristan-Bernard, à Paris, « l’écriture de la langue française ». Erudit, drôle, bien mené, La Convivialité ou la faute de l’orthographe est un objet scénique atypique qui titille les méninges.

 

Cette séance interactive et inventive s’appuie sur des données historiques et de nombreux exemples pour susciter la réflexion. (...) Tout est jubilatoire : la dictée sans piège donnée en introduction, les tests de simplification proposés au public et l’échange à bâtons rompus avec les spectateurs à la fin. Hoedt et Piron prennent un malin plaisir à bousculer un totem. Pour eux, il serait temps de « dédramatiser » l’orthographe. Assumant de prendre « le contre-pied d’un sujet confisqué et trop souvent abandonné à une pensée élitiste ou académique », ils rêvent de redonner à cet outil sacralisé sa convivialité.

 

Par Sandrine Blanchard

Fermer
Télécharger l’article
Télérama sortir Paris

Stéphane Guillon - PROLONGATION

TTT. "Courez découvrir Prolongation !"

Les religions, le couple, la vie, la mort, autant de sujets qu’il aborde avec son insolence coutumière. Dommage pour ses détracteurs, bonne nouvelle pour les fans, à l’évidence, Stéphane Guillon n’est pas prêt de faire ses (vrais) adieux. 

Télécharger l’article
Réduire la liste
Afficher tous

À lire aussi

Calendrier et Tarifs - Théâtre Tristan Bernard

  • décembre
  • Lu
  • Ma
  • Me
  • Je
  • Ve
  • Sa
  • Di
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Plan d’accès Théâtre Tristan Bernard

    Comment se rendre au Théâtre Tristan Bernard

    Notre site utilise des cookies afin d’optimiser la qualité de votre visite et vous proposer des offres adaptées. En poursuivant votre visite vous consentez à l’installation de ces cookies. Vous pouvez prendre connaissance de notre politique de confidentialité et apprendre comment les désactiver en cliquant le lien ci-après.

    En savoir plus

    Fermer