Spectacles

Fausse Note 

Fausse Note au Théâtre de la Contrescarpe
5

54 avis
4 commentaire(s)

Votre avis
Théâtre de la Contrescarpe

Contemporains Pièce à suspens

De Didier CARON

NOUVELLE VERSION ! NOUVELLE DISTRIBUTION ! Comment vivre confortablement avec son passé ?  Faut-il l’effacer ou l’assumer ? 1989. Philarmonique de Genève dans la loge du chef d’orchestre de... Lire plus

NOUVELLE VERSION ! NOUVELLE DISTRIBUTION !

Comment vivre confortablement avec son passé ? 
Faut-il l’effacer ou l’assumer ?

1989. Philarmonique de Genève dans la loge du chef d’orchestre de renommée internationale, H. P. Miller. 

À la fin d’un de ses concerts, le Maître est importuné par un spectateur aussi admiratif qu’envahissant, Léon Dinkel, venu de Belgique pour l’applaudir.

Cependant plus l’entrevue se prolonge, plus le comportement du visiteur devient oppressant.

Il connaît tout de la vie du maestro, dans les moindres détails.

Comment est-ce possible ? Qui est t-il vraiment ? Quelle est en fait la véritable raison de sa visite ?

Le mystère s’épaissit jusqu’à ce que Dinkel dévoile un objet du passé…

 

NOTE DE L’AUTEUR, DIDIER CARON

Pierre Deny et Pierre Azéma incarnent ce nouveau duo et y apportent sobriété et puissance.

Le texte a été aéré par l’apport de musiques qui viennent souligner la tension dramatique entre les personnages ou les moments de respiration.

La mise en scène s’est dépouillée d’artifices de la première version. Ici l’humain est au centre de la mise en scène, l’émotion en est que décuplée.

C’est une nouvelle version, plus poignante, plus juste, exactement ce que je cherchais et que je n’avais pas encore trouvé.

Fermer

Première

 : 

Dernière

 : 

Mise en scène :

Didier CARON Christophe LUTHRINGER

Distribution :

Pierre AZÉMA Pierre DENY

Assistante mise en scène :

Bénédicte BAILBY

Lumière :

Florent BARNAUD

Décor :

Marius STRASSER

Création musicale :

Vladimir PETROV

Infos et réservation :

Guichet :

Contrescarpe 5 rue Blainville 75005 Paris  

Tél. location

 : 01 42 01 81 88
réserver

La presse parle de Fausse Note

Un huis clos palpitant ! L'émotion qui monte crescendo est le maître-mot de la pièce.

Pierre Deny et Pierre Azéma sont en tête d’affiche de “Fausse Note”, un huis clos liant suspense et Histoire. Le public ne s’y trompe pas ! La salle du Théâtre de la Contrescarpe affiche complet, applaudit à tout rompre. Les comédiens s’extraient de leurs... Lire plus

Pierre Deny et Pierre Azéma sont en tête d’affiche de “Fausse Note”, un huis clos liant suspense et Histoire. Le public ne s’y trompe pas ! La salle du Théâtre de la Contrescarpe affiche complet, applaudit à tout rompre. Les comédiens s’extraient de leurs rôles avec émotion. Car l’émotion qui monte crescendo est le maître-mot de la pièce.
“Fausse note”, c’est la rencontre d’un chef d’orchestre (Pierre Azéma) dans une loge, en 1989, à Berlin avec Léon Dinkel (Pierre Deny), un fan pas comme les autres qui va le faire plonger dans le passé. C’est ce dernier que nous avons rencontré.

Interview.
Qu’est ce qui vous a le plus touché à la lecture de cette pièce ?
Je l’avais vue à sa création avec Christophe Malavoy et Tom Novembre et avais été bouleversé par la qualité de la pièce. Quand Didier Caron me l’a proposée, je l’ai reçue comme un cadeau. Il y avait beaucoup de rebondissements, des fausses sorties et une tension de la première à la dernière minute. Une telle pièce est rare. 

Il y a l’histoire mais aussi votre personnage. Qu’est ce qui vous touché dans son caractère ?
Léon Dinkel porte sur ses épaules un poids immense depuis 45 ans. Il y a, à la fois une vengeance qu’il cherche à assouvir contre le chef d’orchestre et son non-accomplissement comme acte irrémédiable.  Léon Dinkel joue pendant toute la première partie, le rôle d’un fan un peu collant mais c’est totalement maitrisé. Il sait ce qu’il fait, ayant sans doute préparé son “jeu” pendant des années. Rien n’est laissé au hasard. Tout a été planifié.

Le chef d’orchestre Miller incarné par Pierre Azéma a un caractère particulier. Il se dit, dès le début de la pièce, humilié par son orchestre ce qui est un terme puissant. 
C’est un sanguin, colérique, vindicatif. Vous avez raison de souligner ce mot employé dès l’entrée en scène. L’auteur a glissé tout au long de la pièce des mots comme des indices, des termes forts qui ne sont pas un hasard dans le contexte de l’histoire qu’on découvre peu à peu. Quand je parle moi-même, du froid, du violon… ce sont comme des petites bulles éclatant au long de la pièce: les histoires personnelles finissent par rejoindre l’Histoire.

On trouve de nombreuses questions existentielles dans cette pièce: pardon, résilience, vengeance et un point commun entre les deux personnages: le rapport au père et la musique.
Il y a cette vengeance qui se traduit par un acte qui aurait pu être violent physiquement. Traduit en non-violence,  sa force n’en est que plus puissante. La réunion se fait au moment où pendant quelques secondes, les deux personnages se réunissent en jouant du violon. Il n’y a plus ni “méchant” ni “gentil”, juste deux musiciens happés par leur passion. 

Cette pièce est un huis clos entre déni et volonté de justice. Au fond,Miller a t’il vraiment changé à la fin de la pièce ?
C’est juste. Une réplique est déterminante de la part de Miller “Mon père avait raison; vous êtes de la vermine”. Cette phrase sonne comme un coup de poignard dans un déni de responsabilité et une forme de haine persistante inculquée par son père. Le public est lui-même surpris. 

Au fond, le thème de la pièce n’est-il pas “Comment vivre avec son passé qu’il soit douloureux ou monstrueux ?” ?
C’est l’une des questions fondamentales de la pièce. Miller sait que l’autre sait. C’est une forme de menace sous-tendue. Dinkel, lui sort partiellement soulagé car il a enfin accompli ce qu’il souhaitait et remis son sac à dos de souffrances à quelqu’un. Mais il est aussi en partie détruit.

Comment vivez vous cette émotion générée par vos deux rôles très forts ?
Les rôles sont très intenses. C’est la première fois que nous jouons ensemble. Nous sommes très amis dans la vie et c’est important pour ce genre de rôles. Cette pièce nous bouleverse et nous demande de plonger dans cette émotion . Nous ne venons pas jouer le coeur léger comme une pièce de boulevard  qui demande aussi beaucoup d’investissement. Ce sujet nous transperce tous les deux et il est impossible de feinter. On est habité par notre rôle jusqu’à la fin. En sortant, nous avons besoin d’une heure pour nous ressourcer. 

Fermer
Source
L'Évasion des Sens
Une excellente pièce, un sujet délicat, de remarquables acteurs !

Une excellente pièce, un sujet délicat, de remarquables acteurs : Fausse Note est vraiment une pièce à voir ; mais je ne vous en dévoilerai que quelques aspects…. Le sujet est lourd : il s’agit de la confrontation entre 2 hommes qu’un fait de vie a réuni il y a fort... Lire plus

Une excellente pièce, un sujet délicat, de remarquables acteurs : Fausse Note est vraiment une pièce à voir ; mais je ne vous en dévoilerai que quelques aspects….

Le sujet est lourd : il s’agit de la confrontation entre 2 hommes qu’un fait de vie a réuni il y a fort longtemps. Pendant une bonne partie de la pièce, on ignore la gravité, l’importance dramatique de ce fait. Les dialogues sont pesants, la tension monte à chaque réplique…
Le seul décor de la pièce est un encadrement de porte qui ressemble étrangement à un échafaud !   Le chef d’orchestre (P.Azéma) regardant jouer dans sa loge un inconnu (P. Deny)
Dans sa loge, un grand chef d’orchestre reçoit la visite d’un spectateur au comportement de plus en plus bizarre et oppressant jusqu’à une menace sous revolver. La raison : ce fait, cet acte vécu en commun 50 ans auparavant…
Se posent les questions du pardon, de l’oubli, de la vengeance, de la reconstruction de sa vie, du devoir d’obéissance sans condition, des rapports filiaux …
Seuls deux acteurs sont en scène pour cette pièce magistrale proche du thriller. Bravo aux deux Pierre, Deny et Azéma, tous les deux remarquables dans leur jeu et interprétation. Malgré la gravité du texte, la lourdeur des propos ; on ne peut qu’applaudir.

Fermer
Source
Logo Le Parisien
Une partition intense et sans couac !

4 ÉTOILES Théâtre : «Fausse note», une partition intense et sans couac Imaginée par Didier Caron et co-mise en scène par ses soins avec Christophe Luthringer, la pièce «Fausse note» est loin du huis clos qui peut parfois tourner à l’étouffement. Intense. A... Lire plus

4 ÉTOILES

Théâtre : «Fausse note», une partition intense et sans couac
Imaginée par Didier Caron et co-mise en scène par ses soins avec Christophe Luthringer, la pièce «Fausse note» est loin du huis clos qui peut parfois tourner à l’étouffement. Intense.
A l'issue d'une heure vingt d'une tension qui n'a jamais cessé de monter en puissance, les deux acteurs saluent la salle enthousiaste et émue avec l'expression de ceux qui ont vécu un puissant voyage intérieur. On ne revient pas si facilement de la scène à la terre quand on s'est donné, comme eux, à cette pièce créée en 2017, savamment construite par Didier Caron et co-mise en scène par ses soins avec Christophe Luthringer.
Après un succès cet été en Avignon, la revoilà à Paris dans cette distribution qui produit immédiatement ses effets. L'intensité ne quittera pas un instant Pierre Azéma et Pierre Deny. Le spectacle s'ouvre sur une porte claquée. Celle qui sépare la salle de concert du Philharmonique de Genève de ses coulisses. Et par l'aboiement du chef d'orchestre H.P. Miller, furieux que son premier violon ait, à ses oreilles, joué comme un sabot.
Voilà qu'on frappe à sa loge. Le visiteur se nomme Léon Dinkel et se déclare admirateur absolu du Maître. Léon a fait le voyage de Belgique pour rapporter une dédicace à sa femme Annah. Mais Miller s'aperçoit peu à peu que Dinkel, qui sait beaucoup de choses sur lui, n'est pas un fan comme les autres. Celui-ci semble avoir quelque chose de déterminant à lui dire…
La détermination faite homme
Les huis clos peuvent parfois tourner à l'étouffement ou s'effondrer sur eux-mêmes en gardant le spectateur en prison. Il en va de tout le contraire pour celui-ci. Caron connaît sa partie et sa partition en matière de drame et de pas-de-deux.
Dans le rôle du chasseur, Pierre Deny est la détermination faite homme. Dans celui du chassé, Pierre Azema tient la note et quand tous deux sortent les violons, ce n'est pas précisément pour être en harmonie.

Fermer
Source
Histoire, intelligemment écrite, à la construction remarquable !

Non loin du Mouffetard, ce théâtre des arts de la marionnette désormais bien connu des lectrices et lecteurs des Soirées de Paris, se trouve un autre petit théâtre, tout aussi charmant, à la programmation on ne peut plus dense et manifestement de qualité (1) : le Théâtre de la... Lire plus

Non loin du Mouffetard, ce théâtre des arts de la marionnette désormais bien connu des lectrices et lecteurs des Soirées de Paris, se trouve un autre petit théâtre, tout aussi charmant, à la programmation on ne peut plus dense et manifestement de qualité (1) : le Théâtre de la Contrescarpe. Situé à deux pas de la place du même nom, plus précisément rue Blainville, faisant face à un succulent restaurant coréen (2), il présente actuellement “Fausse note” de Didier Caron, un des grands succès de l’année 2017, dans une mise en scène et une distribution cette fois-ci tout autres, Pierre Deny et Pierre Azéma interprétant avec talent les rôles créés à l’origine par Christophe Malavoy et Tom Novembre.

Sur la petite scène du Théâtre de la Contrescarpe, un décor des plus sobres et des plus efficaces s’offre à nous, représentant la loge d’un chef d’orchestre : au centre du plateau, recouvert d’une moquette rouge, un cube en bois multifonctionnel, tout à la fois promontoire, table de loge, bar à alcools, meuble de rangement…, côté cour, une simple chaise sur laquelle repose un violon dans son étui, côté jardin, en fond de scène, un porte-manteau, à l’avant-scène, un cadre de porte faisant office d’ouverture sur l’extérieur. À ce chaleureux décor s’ajoute un petit cube de bois mobile servant d’assise.

Hiver 1989, après la chute du mur. Alors au sommet de sa carrière, invité à prendre la direction de la prestigieuse Philharmonie de Berlin à la suite du grand Herbert von Karajan, Hans Peter Miller, chef d’orchestre à la renommée internationale, donne quelques dates de concerts à Genève. Un soir, à la fin d’une représentation, le Maître reçoit la visite d’un admirateur, un dénommé Léon Dinkel, qui s’avère très vite aussi envahissant qu’inquiétant. Celui-ci, venu tout exprès de Belgique pour l’applaudir, semble, en effet, connaître la vie du maestro dans ses moindres détails. Mais qui est donc ce Léon Dinkel ? Et quelle est la véritable raison de sa visite ? Les deux personnages se seraient-ils connus autrefois ? Une photographie surgie du passé va peu à peu faire éclater la vérité…

S’il s’avère plus que tentant de raconter cette histoire merveilleusement bien ficelée, nous n’en dirons pas plus pour ménager l’intrigue. Disons simplement qu’il y est question de Mozart, d’une inoubliable interprétation de la “Petite musique de Nuit” en sol majeur, d’un violon, d’un bras qui tremble, d’un hiver glacial au camp de Birkenau… Cette histoire, intelligemment écrite, à la construction remarquable, nous parle de toutes ces valeurs qui font qu’un être humain peut se regarder ou non dans une glace : le courage, l’absence de courage, le devoir de désobéissance, le mensonge, la vengeance, l’oubli… Didier Caron, plutôt habituellement associé aux comédies – sa pièce “Un Vrai Bonheur” lui valut une consécration populaire – signe ici un formidable spectacle sur le devoir de mémoire. Tout en finesse et en rebondissements incessants, ce huis clos dramatique, sans temps mort, dont l’humour n’est paradoxalement pas absent, ne nous ménage pas et nous laisse, tout comme ses interprètes, totalement exsangues, un peu comme après une projection du “Pianiste” de Polanski. Effet émotion garanti. La fin, que nous ne dévoilerons évidemment pas, n’est rien moins que grandiose, inattendue et porteuse d’une belle leçon d’humanité.

Pour jouer cette partition exigeante, au suspense incessant, il faut indéniablement d’excellents comédiens. Pierre Azéma et Pierre Deny sont tout simplement épatants ! L’un et l’autre dotés d’une rare et étonnante palette de jeu, ils ne cessent de nous manipuler, de nous faire douter, nous faisant passer sans cesse par toutes sortes d’émotions. Ils livrent là une belle partie de ping-pong, un véritable jeu du chat et de la souris qui n’est pas sans rappeler celui de Laurence Olivier et de Michael Caine dans “Le Limier” de Mankiewicz. Une partition interprétée sans fausse note, en virtuoses !

Isabelle Fauvel

Fermer
Source
BAZ'ART
Une interprétation parfaite ! Une partition impeccable !

Fausse Note : une mise en scène où tout sonne juste au Théâtre de la Contrescarpe ! Vous nous connaissez désormais assez bien pour savoir que nous sommes des habitués et de grands amateurs de la programmation du Théâtre de la Contrescarpe. On ne déroge donc pas à la... Lire plus

Fausse Note : une mise en scène où tout sonne juste au Théâtre de la Contrescarpe !
Vous nous connaissez désormais assez bien pour savoir que nous sommes des habitués et de grands amateurs de la programmation du Théâtre de la Contrescarpe. On ne déroge donc pas à la règle en vous invitant chaleureusement à aller voir Fausse Note, dans une nouvelle version de Didier Caron.
Nous sommes en 1989. L'Europe est en émoi, bruissant des rumeurs provoquées par la chute du mur de Berlin qui pourrait conduire à celle, imminente, du régime communiste. Dans sa prestigieuse loge du Philarmonique de Genève, le grand chef d'orchestre Hans Peter Miller (Pierre Azéma) sort harassé d'un concert massacré, selon lui, par ses musiciens. Heureusement, son départ pour Berlin est proche. Berlin, ville qui connaît un moment historique. Berlin, qui le consacrera, demain.

Il savoure, un verre de Bordeaux à la main, ce moment de solitude bien mérité. Jusqu'à ce qu'à sa porte frappent trois coups : un admirateur venu de Belgique pour l'écouter, un certain Léon Dinkel (Pierre Deny) souhaite absolument lui témoigner toute son admiration. Un autographe, rien de plus. Très bien, merci. Après quelques minutes, le voilà reparti comme il est venu. Puis, retentissent à nouveau trois coups.

Il a oublié de lui demander une photo, juste une, pour sa femme Sarah, qui est elle aussi une fervente admiratrice du Maestro. Elle n'a pas pu venir, à son grand regret, mais lui transmet ses plus sincères salutations. S'il savait comme elle l'admire. C'est tout, c'est bien tout ? Dinkel quitte à nouveaux les lieux, s'enfonçant dans la nuit noire et froide de ce soir d'hiver. Pour, vous l'aurez deviné, revenir quelques instants plus tard dans la loge, avec cette fois, l'intention de ne pas en repartir de si tôt...
Brutalement, l'atmosphère se tend. De sympathique, l'admirateur se fait intrusif, puis inquiétant. Miller réclame la paix, ne supporte plus l'audace de Dinkel, ses allusions à sa vie personnelle, son adresse, le prénom de ses filles. Sa mine bienveillante devient celle d'un calculateur, déterminé, bien décidé à mettre en œuvre un plan fomenté depuis, selon lui, tellement longtemps. Pendant que le Maestro est sous la douche, il coupe les fils du téléphone, se serre allègrement un verre, puis, dissimule un objet dans la loge que le Maestro devra retrouver, sous la menace d'un revolver... Le jeu devient macabre, l'étau se resserre, les masques vont pouvoir enfin tomber.

On ne se risquera pas à vous dévoiler les motifs de cette bascule, de peur d'attirer vos foudres. Vous nous en tiendrez d'ailleurs rigueur et vous auriez raison. Vous vivriez la progression de la pièce avec moins de passion, moins de suspens. Vos émotions ne passeraient pas de la peur de l'un à la peur pour l'autre, si brusquement.

Préparez-vous à une tension implacable du début à la fin, à un saut d'un camp à un autre, à une rafale de questionnements parmi lesquels : mais qu'aurais-je fait à sa place ? Comment ne pas vouloir se venger, quand on nous a détruit ainsi ? Qui est celui qui souffre le plus, dans ce face-à-face ?
Menée habilement à la baguette par Didier Caron (assisté de Christophe Luthringer), la mise en scène de Fausse Note juxtapose moments de tension allant piano piano, puis crescendo, et respirations musicales venant parfois, porter à leur comble le drame de l'évocation de souvenirs atroces. Les rebondissements s'enchaînent, tirent sur la corde de nos nerfs, relançant sans cesse notre attention et notre perplexité devant une situation si inextricable.

Pierre Deny et Pierre Azéma nous livrent chacun une interprétation parfaite, sans fausse note où tout sonne juste. Prendre parti pour l'un ou l'autre devient, à certains moments, quasiment impossible.

L'ensemble compose une partition impeccable que l'on voudrait écouter encore et encore, pour que vibrent, encore, nos émotions.

Fermer
Source
Pierre Deny et Pierre Azema sont criants de justesse et de vérité.

Résumé : Comment vivre confortablement avec son passé ? Faut-il l’effacer ou l’assumer ? 1989. Philarmonique de Genève dans la loge du chef d’orchestre de renommée internationale, H. P. Miller. À la fin d’un de ses concerts, le Maître est importuné par... Lire plus

Résumé : Comment vivre confortablement avec son passé ? Faut-il l’effacer ou l’assumer ? 1989. Philarmonique de Genève dans la loge du chef d’orchestre de renommée internationale, H. P. Miller. À la fin d’un de ses concerts, le Maître est importuné par un spectateur aussi admiratif qu’envahissant, Léon Dinkel, venu de Belgique pour l’applaudir. Cependant, plus l’entrevue se prolonge, plus le comportement du visiteur devient oppressant. Il connaît tout de la vie du maestro, dans les moindres détails. Comment est-ce possible ? Qui est-il vraiment ? Quelle est en fait la véritable raison de sa visite ? Le mystère s’épaissit jusqu’à ce que Dinkel dévoile un objet du passé…
Notre avis : Miller (Pierre Azéma) fait une entrée fracassante sur scène. Il est rapidement rejoint par Dinkel (Pierre Deny), tour à tour admiratif et sympathique, mais qui se révèle vite intrusif et inquiétant. Il y a en quelque sorte deux parties dans ce spectacle : la rencontre de façade puis l’affrontement entre deux grands personnages particulièrement bien campés. Miller cherche les ressorts psychologiques de la présence oppressante de Dinkel, jusqu’à ce que les deux individus se dévoilent.
On peut éventuellement ressentir quelques longueurs au début mais elles sont finalement utiles pour créer une montée en puissance afin d’aboutir à une intensité redoutable, pleine de rebondissements. En subissant l’humiliation jusqu’à la perte de la dignité, Miller passe par de multiples couleurs de sentiments. Il en est de même pour Dinkel, victime et bourreau. La musique accompagne toute l’histoire, morceau par morceau, séquence par séquence. La mise en scène compte peut-être un peu trop sur les conventions (fausse porte, fausse fenêtre, fausse glace, violon en play back), mais elle fait preuve de cohérence, stimulant les émotions des spectateurs. 
En menant à la baguette le chef d’orchestre jusqu’à ses derniers retranchements, Dinkel emporte avec lui tout le public dans cette profonde histoire à tiroirs, brillamment écrite par Didier Caron. Beaucoup de choses ont été dites et jouées à propos des traumatismes engendrés par les camps de concentration. Le sujet est ici particulièrement bien traité. Pierre Deny et Pierre Azema sont criants de justesse et de vérité.

Fermer
Source
Un huis-clos magistral sans artifice

Fausse Note : petits secrets entre monstres 1989. Philharmonie de Genève. A l’issue d’un concert, le chef d’orchestre H.P. Miller est importuné dans sa loge par Léon Dinkel, un spectateur aussi admiratif qu’envahissant. Plus l’entrevue se prolonge, plus le comportement du visiteur devient... Lire plus

Fausse Note : petits secrets entre monstres
1989. Philharmonie de Genève. A l’issue d’un concert, le chef d’orchestre H.P. Miller est importuné dans sa loge par Léon Dinkel, un spectateur aussi admiratif qu’envahissant. Plus l’entrevue se prolonge, plus le comportement du visiteur devient oppressant. Il connaît tout de la vie du maestro, dans les moindres détails. Comment est-ce possible ? Qui est t-il vraiment ? Quelle est en fait la véritable raison de sa visite ? Le mystère s’épaissit jusqu’à ce que Dinkel dévoile un objet du passé…

En 2017, Didier Caron monte pour la première fois « Fausse Note » au Théâtre Michel. Le duo Dinkel-Miller est interprété respectivement par Christophe Malavoy et Tom Novembre. Le succès est au rendez-vous, mais l’auteur et co-metteur en scène n’est pas entièrement satisfait du résultat. La pièce est jouée à l’étranger, Didier Caron assiste à plusieurs de ces représentations. Dans les mains d’autres metteurs en scène, il en déduit vite être passé complètement à côté de sa propre création.
Didier Caron avoue sans détour, s’être fait « bouffer » par la scène du Théâtre Michel. Sa première version de « Fausse Note » était trop maniérée, pas assez focalisée sur le duel psychologique entre Dinkel-Miller. Un reboot s’imposait. Nouveau casting, nouveau théâtre pour cette v.2 qui doit privilégier l’immersion et la sobriété. Avec ce postulat, il y avait de quoi craindre que la pièce soit une œuvre maudite : Caron l’auteur, éternel insatisfait du Caron metteur en scène. Le résultat est tout autre, un retour aux sources d’un théâtre vrai. Un huis-clos magistral sans artifice.

Une Fausse Note sublime
A la seconde où Miller entre dans la salle d’un pas ferme, insatisfait de la prestation de son orchestre. On est happé par la prestance autoritaire de Pierre Azema. Sans un mot, on comprend que ce Maître va être une ordure. Tout le contraire de l’entrée de Dinkel à la démarche incertaine. Pierre Deny compose en finesse un visiteur du soir maladroit et semble-t-il ingénu. Le tableau est installé, mais les dés sont pipés.

Il suffit d’un geste, d’une remarque, pour sentir que ça va mal finir. A l’image de Dinkel qui prend une photo souvenir de Miller « Un léger sourire, moins carnassier ? » Ca sonne faux. On reste sur nos gardes, pour mieux apprécier la complicité entre Azema et Deny . Un combat rhétorique sous haute tension, qui nous gratifie d’une justesse d’interprétation.

Un plan séquence théâtral
Le pari de Didier Caron est réussi. La v.2 de « Fausse Note » est fluide, et l’attention toute portée sur ses comédiens. On est témoin d’un plan séquence millimétré à la virgule prêt. Chaque mot compte, et les retournements de situation sont de plus en plus perturbants. L’écriture très cinématographique, donne à la pièce cet aspect de film théâtral. Soyez bien attentif à ce qui est dit au début, les implants sont nombreux.

A l’issue de la première partie, on respire enfin. Les véritables enjeux sont dévoilés. Le rythme décélère soudain, un peu trop. Mais cette parenthèse flottante s’avère nécessaire. Elle instaure un rythme oppressant de plus en plus psychologique, qui culmine dans un climax émotionnel poignant.

Requiem pour une note
« Fausse Note » est un véritable jeu de piste qui conduit à nous questionner sur notre part d’ombre. On se projette autant dans la peau d’un salaud et que dans celle d’une victime qui a perdu foi dans l’humanité. Et si ça m’était arrivé, comment j’aurai réagi ? La « Fausse Note » à l’origine de ce procès, dont on est le jury, fait écho à l’actualité. Comme le dit Dinkel : « Nous partageons la même passion, les monstres. » Azema et Deny incarnent à merveille cette zone d’ombre propre à chacun.

Fermer
Source
Logo Le Figaro
Une vraie pépite théâtrale

Par Jean-Luc Jeener Fausse note: une vraie pépite théâtrale CRITIQUE - Au Théâtre de la Contrescarpe, Didier Caron orchestre un huis clos magnifique d’intensité et de précision. Tout près de la place de la Contrescarpe, il est un petit théâtre naguère... Lire plus

Par Jean-Luc Jeener

Fausse note: une vraie pépite théâtrale
CRITIQUE - Au Théâtre de la Contrescarpe, Didier Caron orchestre un huis clos magnifique d’intensité et de précision.


Tout près de la place de la Contrescarpe, il est un petit théâtre naguère réservé à la gaudriole et qui a été repris en main par une directrice qui pense visiblement que l’art dramatique peut avoir une autre mission que le simple divertissement. Une production ambitieuse dans un petit théâtre est chose assez rare pour le signaler.

Pour l’heure, s’y joue une espèce de pépite qu’il serait dommage de rater. L’auteur, Didier Caron, est l’ancien directeur du Théâtre Michel. Un homme qui a repris sa liberté et qui peut se consacrer enfin à ce qu’il aime sans souci de rentabilité immédiate.


Le sujet de la pièce est, pour le moins, délicat. À la fin de l’un de ses concerts dont il est sorti avec l’envie de tuer tous ses musiciens, le chef d’orchestre international Miller est importuné par un spectateur exagérément admiratif. L’homme s’incruste. Et on comprend très vite qu’il n’est pas seulement venu pour faire signer des autographes… C’est d’ailleurs un peu la limite de la pièce de Didier Caron. Il faudrait, en effet, être bien inattentif pour ne pas comprendre très vite ce qui va advenir. Mais c’est aussi sa réussite: on est, en quelque sorte, surpris par ce qu’on attend, ce qui, d’une certaine façon, est le comble du suspense.


Il ne serait néanmoins pas très gentil pour les spectateurs d’en dire plus… Si Didier Caron assure la mise en scène de sa pièce, il s’est fait accompagner d’un compère en théâtre, Christophe Luthringer, qui est un homme de grand talent. Qui a fait quoi? Mystère. Mais si on excepte une porte symbolique, inutile et idiote, qui met une note de distance dans un spectacle parfaitement réaliste, le travail et la direction d’acteurs frisent la perfection.

De la belle ouvrage
Les deux comédiens, en effet, sont très justes et très impressionnants. Pierre Azéma d’abord dans le rôle du chef d’orchestre. Même si on peut lui reprocher un tout début un peu hésitant, il devient très vite excellent. Parfait aussi est Pierre Deny. Dans le huis clos de l’affrontement et sur le petit plateau du Théâtre de la Contrescarpe, ils sont magnifiques d’intensité et de précision et formidablement complices. C’est, comme on dit, de la belle ouvrage.

Ce spectacle montre une fois de plus qu’il suffit de pas grand-chose, au théâtre, pour rendre pleinement heureux les spectateurs. Un texte fort, une unité de temps, de lieu, d’action, un bon directeur d’acteurs et deux excellents comédiens. Dans ce petit théâtre, la salle était pleine et les spectateurs, applaudissant à tout rompre, semblaient ne pas vouloir s’en aller. Pas de doute, c’est une vraie pépite qui nous est offerte! Et dans un quartier de Paris où les théâtres ne sont pas monnaie courante.

Fermer
Source
logo Tatouvu.com
La pièce remue des principes universels tout en déclinant une histoire palpitante.

Fausse Note "Au bout de la baguette, la vérité éclatera toujours" Et si le génie adulé par le public était en réalité un monstre ? On trouve parfois charmante une personne dont on ne connait ni toutes les facettes ni la biographie. C'est cet amer constat que fait Didier Caron, l'auteur de... Lire plus

Fausse Note
"Au bout de la baguette, la vérité éclatera toujours"
Et si le génie adulé par le public était en réalité un monstre ? On trouve parfois charmante une personne dont on ne connait ni toutes les facettes ni la biographie. C'est cet amer constat que fait Didier Caron, l'auteur de "Fausse note" qui met en scène un chef d'orchestre au double visage.
Ce spectacle parle à tout le monde car il pose la question du libre-arbitre. Faut-il obéir à tous les ordres ? Où s'arrête la loyauté et où commence le libre-arbitre ? Il serait illusoire de penser que seule une grande guerre nous met face à nos responsabilités. Il arrive que le quotidien, l'univers de l'entreprise ou les débats politiques nous obligent à assumer nos choix et cette pièce nous interroge sur nos capacités à dire non. Loin de se réduire à une dialectique philosophique, elle dégage une émotion extraordinaire en faisant cheminer le public à force d'énigmes.

Dans une pièce qui va crescendo, le face-à-face entre deux comédiens fabuleux Pierre Deny et Pierre Azéma est aéré par l'apport de musiques en accord avec le dialogue, d'abord cordial, puis plein de tensions.
Et il faut un sens certain du paradoxe pour parvenir à envisager la dualité du maestro : celui qui fait jaillir des étincelles en jouant du Mozart et transcende les partitions n'est peut-être pas celui que l'on croit ! La barbarie est-elle soluble dans le passé ? À l'heure où la transparence s'impose partout, il devient délicat de cacher ses secrets, fût-ce au nom de sa carrière.
Obligé de se débarrasser peu à peu de ses oripeaux de diva de la musique, le dominant devient le dominé et le jeu de balancier continue à tour de rôle jusqu'à ce que la vérité éclate.
Connu pour le succès de ses comédies "Charité bien ordonnée" au Splendid ou "Un vrai bonheur ", Didier Caron, propriétaire pendant 10 ans du théâtre Michel, démontre qu'il maîtrise aussi parfaitement les rouages du genre dramatique. Prompts à détecter les réussites, des théâtres de Moscou, Saint-Pétersbourg jouent déjà la pièce car elle remue des principes universels tout en déclinant une histoire palpitante.

Et pour ceux qui l'ont vue au théâtre Michel, qu'ils retournent la voir avec la distribution actuelle, dans cette mise en scène épurée qui a été revisitée, elle a en effet un impact phénoménal avec cette dramaturgie qui s'intensifie et deux acteurs qui incarnent de plus en plus physiquement leur personnage au fur et à mesure des séquences. Le secret était bien gardé pendant la vie du chef d'orchestre mais un autre secret doit être éventé : "Fausse note" est la pièce qu'il faut aller voir de toute urgence !

Fermer
Source
Un pur régal théâtral !

Cette semaine, je vous parle de la pièce de théâtre « Fausse note », écrite par Didier Caron, mise en scène par ce dernier et Christophe Luthringer, et interprétée par Pierre Azéma et Pierre Deny, au Théâtre de la... Lire plus

Cette semaine, je vous parle de la pièce de théâtre « Fausse note », écrite par Didier Caron, mise en scène par ce dernier et Christophe Luthringer, et interprétée par Pierre Azéma et Pierre Deny, au Théâtre de la Contrescarpe(Paris 5e).
 
À la fin d’un de ses concerts, le chef d’orchestre renommé H. P. Miller reçoit la visite d’un de ses admirateurs, Léon Dinkel. D’abord fan un brin envahissant, il devient l’homme omniscient inquiétant.
 
En toute honnêteté : Je me rendais à cette représentation à reculons car j’ai quelques difficultés avec les pièces d’époque. Je redoute le côté poussiéreux qu’elles peuvent dégager. Mais ici, l’idée de voir Pierre Deny sur scène avait attisé ma curiosité.
Dès les premières secondes, avec l’arrivée de Pierre Azéma sur scène interprétant ce chef d’orchestre qui en impose, toutes mes craintes se sont envolées comme par magie. Et les 90 minutes qui ont suivi n’ont jamais cessé d’être un pur régal théâtral !
La mise en scène de Didier Caron et Christophe Luthringer est totalement fluide et va droit au but. Le rythme installé est soutenu mais n’enferme pas les comédiens dans une mécanique redondante. Elle met en valeur les comédiens et le texte tout en mettant l’être humain au centre de ce spectacle.
 
Si Didier Caron traite d’une époque à la cruauté innommable, sa plume n’est jamais lourde ou moralisatrice. Au contraire, elle est minutieusement dosée pour rester accessible et limpide. Allez, n’ayons pas peur des mots, le texte de Didier Caron est tout bonnement génial, parsemé de pépites çà et là pour nourrir nos réflexions personnelles.
 
Je vais faire quelque chose de très rare sur le blog en détaillant la distribution, mais comment ne pas en parler ?!
Pierre Azéma interprète donc ce chef d’orchestre à la renommée internationale, H. P. Miller. Cet homme respecté n’a plus rien à prouver à personne, il est magistral, son charisme est au zénith. Mais au fur et à mesure que l’intrigue avance, Pierre Azéma nous livre un homme inquiet, fragile et désarçonné.
Pierre Deny incarne ce mélomane belge un peu lourd, Léon Dinkel. D’abord terriblement drôle, notamment dans sa maladresse volontaire, le voile de mystère qu’il installe progressivement le fait basculer dans un registre inquiétant, même dérangeant.
Ce duo d’acteurs nous donne une belle leçon de théâtre avec cette performance. Leur jeu m’a touchée en plein cœur par la précision de leurs intentions, l’interprétation authentique de chaque mot et geste, et encore plus par leur humanité.
Leurs partitions se complètent à merveille. Ils créent dans ce face à face un équilibre d’une telle harmonie que la tension qui en nait est palpable pour le spectateur.
Je ne peux que vous conseiller cette pièce remplie d’émotions et de justesse, « Fausse note », qui a été pour moi un total coup de cœur !
Pour l’anecdote, en sortant du Théâtre de la Contrescarpe, je me suis fait la réflexion que c’était pour des moments de théâtre comme ceux-ci que j’avais créé le blog.

Fermer
Source
logo Le bruit du OFF
MAESTROSO. « Fausse note » est un spectacle remarquable.

« FAUSSE NOTE » : MAESTROSO CRITIQUE. « Fausse note », écrit par Didier Caron, mis en scène par Didier Caron et Christophe Luthringer, assistés par Bénédicte Bailby, avec Pierre Deny et Pierre Azema. Au théâtre de la Contrescarpe du mercredi au samedi à 21h... Lire plus

« FAUSSE NOTE » : MAESTROSO

CRITIQUE. « Fausse note », écrit par Didier Caron, mis en scène par Didier Caron et Christophe Luthringer, assistés par Bénédicte Bailby, avec Pierre Deny et Pierre Azema. Au théâtre de la Contrescarpe du mercredi au samedi à 21h jusqu’au 4 janvier 2020.

« Fausse note » est un spectacle remarquable. Didier Caron et Christophe Luthringer ont trouvé ce point de bascule indéfinissable, qui place une œuvre à l’endroit juste, où l’émotion, le rythme, le texte, le jeu et l’espace scénique se rencontrent exactement, et fusionnent par un phénomène de l’ordre de l’attraction, de la gravité, voire de la nécessité.

C’est un travail d’horloger : le dispositif est si parfaitement pensé que le mécanisme théâtral, qu’on prête souvent au mystère, s’enclenche, et pas seulement par magie. Didier Caron entendait proposer une « nouvelle version, plus poignante, plus juste, exactement ce que je cherchais et que je n’avais pas encore trouvé. » Qu’on ait ou non assisté à cette progression dans le processus de création, on assiste à la Contrescarpe à un accomplissement, au sens glorieux non plus de l’éclosion, mais de la maturité.

« Fausse note » propose une synthèse impeccable des dispositifs théâtraux, sans prétention, sans provocation, sans exagération des formes. Moderne sans verser à outrance dans la contemporanéité, sorte d’œuvre « semi-bourgeoise » à mi-chemin entre le divertissement et une démarche esthétique populaire au sens anobli par Vilar et Barthes, la pièce ne boude aucun des plaisirs d’aucun des publics. C’est un petit exploit.

J’ai rapidement lâché mon calepin et mon crayon, et, chose rare, je n’ai plus vu des acteurs jouer, j’ai cessé d’adhérer à un décor, d’épier les astuces scénographiques, d’apprécier les effets lumineux, et j’ai passé un de ces moments de gaieté théâtrale à me laisser surprendre et embarquer, séduite et confiante. La dramaturgie repose sur l’effet de surprise, le rebondissement, et le suspense. C’est pourquoi il faut éviter d’être un spectateur averti.

Le rythme, crescendo, n’essouffle ni les comédiens, ni le texte, ni un public haletant et avide. La tension est sensible, parfaitement entretenue par Pierre Deny et Pierre Azema. Ils forment un duo qui doit tenir d’une complicité plus que professionnelle. Les passes d’arme oratoires sont comme chorégraphiées : « Fausse note » est de ces textes pensés comme des partitions, qui jouissent de cette force musicale qui sous-tend l’élan dramaturgique en lui prêtant la balance des andante et des allegro, et en garantissant la mélodie des dissonances.

Se rendre à la Contrescarpe à 21h un jeudi, vendredi, samedi ou dimanche à 16h30 c’est l’occasion de vous offrir, pendant une heure et demie, le confort bien rare du lâcher prise. Il n’y a pas la moindre raison de résister aux invitations de Didier Caron, Christophe Luthringer et de leurs deux Pierre de comédiens. Laissez-vous porter.

C’est même l’occasion, et c’est moi qui vous y invite, d’emmener cette personne de votre entourage qui résiste encore au genre théâtral ; qui en a un souvenir scolaire douloureux ; qui en a une idée à la fois trop classieuse et trop artificielle. « Fausse note » est une création populaire, accessible, simple et qui fait de la sobriété de sa mise en scène un parti pris d’élégance -ce qui n’est l’apanage ni de l’érudition, ni de la complexité, ni d’aucune forme d’élitisme. Bien au contraire.

Fermer
Source
Un grand moment de théâtre, profond, sensible et nécessaire !

Le rideau se lève sur la loge du chef d'orchestre H. P. Miller, nommé à la tête du philharmonique de Berlin pour remplacer le grand Herbert Von Karajan. Avec fracas, Léon Dinkel entre dans la loge à la fin du concert donné à Genève. Grand admirateur du chef d'orchestre, il s'impose... Lire plus

Le rideau se lève sur la loge du chef d'orchestre H. P. Miller, nommé à la tête du philharmonique de Berlin pour remplacer le grand Herbert Von Karajan.
Avec fracas, Léon Dinkel entre dans la loge à la fin du concert donné à Genève. Grand admirateur du chef d'orchestre, il s'impose avec insistance.
Son admiration devient rapidement oppressante, ne serait-elle qu'un prétexte ?
Mais pourquoi ?

La tension monte crescendo dans la loge du chef d'orchestre.
Dans un suspens haletant, les questions se bousculent. Que veut cet homme ? Est-il vraiment qu'un simple admirateur ?

Didier Caron construit un huis clos angoissant qui tient le spectateur en halène jusqu'aux dernières répliques.
La rencontre de ces deux hommes qui n'arriveront pas à accorder leurs violons touche par la profondeur du propos.

Le passé et le présent se confrontent sur fond de notes de musique qui illuminent l’indicible.
Didier Caron donne un visage humain à L'Histoire et joue sur les accords et désaccords de jeunes hommes qui se sont construit sur des blessures.

Pierre Azéma et Pierre Deny interprètent sans fausse note une partition qui mêle l'intime à la grande histoire.
Un grand moment de théâtre, profond, sensible et nécessaire !

Fermer
Source
Logo Froggy's Delight
Une interprétation magistrale !

Pour sa première incursion dans le registre dramatique, Didier Caron, auteur de comédies à succès, ne choisit pas la facilité avec l'opus "Fausse note" conçu comme un face-à-face sous haute tension qui ne ressort pas au théâtre de conversation mais au drame. Sur fond de... Lire plus

Pour sa première incursion dans le registre dramatique, Didier Caron, auteur de comédies à succès, ne choisit pas la facilité avec l'opus "Fausse note" conçu comme un face-à-face sous haute tension qui ne ressort pas au théâtre de conversation mais au drame.

Sur fond de résurgence du passé, ce drame en un huis-clos tragique est délivré comme un thriller autour de la dialectique du bourreau et de la victime et des dualismes y afférant telles vengeance ou pardon, résilience ou ressassement, responsabilité ou culpabilité, oubli ou déni, mettant les concepts moraux à l'épreuve de la réalité sensible.

Respectant la règle classique des trois unités et bien menée en termes de de cohérence fictionnelle et de gestion du suspense, la partition met en présence deux personnages douloureux, douleur de chaque instant pour l'un, par bouffée traumatique pour l'autre.

Tout commence mezzo-voce avec, à l'issue d'un concert, un admirateur mélomane, dont le comportement singulièrement insistant va revêtir une inquiétante étrangeté, qui s'incruste dans la loge d'un chef d’orchestre de renommée internationale et se révèle investigateur, procureur et juge à titre personnel en quête d'une révélation qui va se décliner de crescendo en confrontation violente.

Dans la mise en scène sobre de Didier Caron et Christophe Luthringer, deux comédiens au talent et à la puissance expressive comparables s'affrontent avec une intense présence physique et un jeu incarné.

Pierre Deny campe le visiteur apparemment inoffensif qui, une fois sa proie ferrée, ne la lâchera pas même si sa démarche court à leur perte commune et Pierre Azéma s'avère magistral en personnalité publique obséquieuse dont la superbe se délite au fil des preuves rapportées.

Une interprétation magistrale pour un époustouflant pas de deux mortifère.

Fermer
Source
Logo Plumechocolat
Une pièce d’une grande intensité, interprétée avec brio !

Le Théâtre de la Contrescarpe propose souvent une programmation à la fois originale et éclectique, avec une exigence de qualité forte, ce que confirme la reprise de Fausse Note, pièce de Didier Caron créée en 2017 au Théâtre Michel (qu’il dirigeait alors avant de le... Lire plus

Le Théâtre de la Contrescarpe propose souvent une programmation à la fois originale et éclectique, avec une exigence de qualité forte, ce que confirme la reprise de Fausse Note, pièce de Didier Caron créée en 2017 au Théâtre Michel (qu’il dirigeait alors avant de le vendre en 2018, mais passons sur la biographie de l’auteur qui n’est pas le réel sujet de cette chronique). Forte de son succès sans hiatus musical, le spectacle se joue donc avec une nouvelle distribution, à savoir Pierre Azéma dans le rôle du chef d’orchestre de renommée mondiale H.P. Miller et Pierre Deny dans celui de son mystérieux admirateur Léon Dinkel. Soit 2 pierres angulaires pour porter ce duel au sommet avec la force de véritables rocs (oui, mon humour du dimanche soir est discutable, j’en conviens).

La scène se déroule donc à huis clos dans la loge de H.P. Miller, sortant de concert furieux contre ses musiciens ne s’étant pas montrés à la hauteur de sa très forte exigence. Pressé de rentrer chez lui retrouver sa femme, il va recevoir la visite inattendue d’un homme qu’il ne connaît pas. Lequel se montre d’abord très affable, lui demandant un simple autographe, avant de revenir quelques minutes plus tard, toujours très souriant, pour obtenir également qu’il pose sur une photo. L’on devine rapidement, qu’a l’instar d’un célèbre inspecteur, Léon Dinkel et son imperméable ne vont pas s’en tenir à ces deux petites incursions en loge et que l’homme a encore un certain nombre de questions et/ou de révélations à faire sur les vraies raisons de sa présence.

S’ensuit un face à face réellement haletant, d’où surgiront, l’on s’en doute, des vérités enfouies. Mais où l’on verra surtout la maestria des 2 hommes dans l’art de mener autrui à la baguette. Et à chaque retournement de situation, de nouvelles surprises surviendront, sans que l’on ne parvienne à anticiper qui sortira vainqueur, à la fois de l’autre et de ses propres démons. Une pièce d’une grande intensité, interprétée avec brio, et dont personne ne sort totalement indemne, et surtout pas le public. Un grand moment de théâtre pour finir votre journée sur une note juste et poignante.

Fermer
Source
Logo Toute la culture
Un duel aussi fascinant que délétère, à l’intrigue puissante !

« Fausse note » : un thriller haletant au théâtre de la Contrescarpe Un duel aussi fascinant que délétère, à l’intrigue puissante digne d’Harold Pinter.   Didier Caron, qui nous a habitués aux comédies jusqu’alors, nous surprend ici avec ce... Lire plus

« Fausse note » : un thriller haletant au théâtre de la Contrescarpe

Un duel aussi fascinant que délétère, à l’intrigue puissante digne d’Harold Pinter.
 
Didier Caron, qui nous a habitués aux comédies jusqu’alors, nous surprend ici avec ce drame psychologique mené tambour battant.
 
Hans Peter Miller (Pierre Azéma), illustre Chef d’orchestre du Philharmonique de Genève, de renommée internationale, rentre dans sa loge exaspéré à la fin d’un concert car les musiciens étaient médiocres.  Il a pour ambition de rentrer chez lui et de retrouver sa femme pour dîner mais c’est sans compter sur l’apparition d’un admirateur obséquieux et insistant qui tient absolument à féliciter le Maître. 
 
Nous sommes en 1989, peu après la chute du mur de Berlin. Le visiteur dit s’appeler Léon Dinkel (Pierre Deny), venu spécialement de Belgique et demande une photo dédicacée : il promet une « soirée inoubliable ».
 
Partant d’une scène a priori anodine, on se retrouve progressivement happé dans un huis clos machiavélique. L’intensité dramatique monte crescendo et les deux personnages se dévoilent à tour de rôle. 
 
Dinkel semble connaître tous les détails de la vie du chef d’orchestre et lui offre un cadeau qui va le faire replonger dans un passé enfoui. Qui est ce visiteur oppressant? Quel est l’objet de sa visite? Que cherche-t-il? Pourquoi s’acharne-t-il sur Peter Miller et que va-t-il en ressortir?
C’est brillant, bien mené avec des retournements de situation ingénieux sur fond de musique classique. «Si tu veux savoir où habite Dieu, écoute Mozart»

Les rapports de force vont s’inverser et les coups de théâtre se succéder.  Après avoir vu cette pièce, vous n’écouterez plus une petite musique de nuit comme avant… Ce spectacle nous parle de musique classique, de pères et de leurs fils, de vengeance et de pardon mais aussi du devoir de mémoire et de la responsabilité de nos choix et de nos actes.
 
Vous n’en ressortirez pas indemne, on vous aura prévenus.

 

Fermer
Source
Logo Paris Match
Du grand art !

Logo-Critikator
Un formidable jeu de piste qui mérite un 10 sur 10.

Un thriller haletant.

Un face à face saisissant.

logo Le Dauphine
On ne ressort pas indemne de ce spectacle.

Logo Théâtral magazine
Intéressant, intense, fiévreux, mis en scène avec rigueur et exigence.

Logo BFM
L’intrigue est excellente, rondement menée.

Logo France Inter
Un vrai thriller (…). À chaque phrase, on se dit qu’est-ce qui va se passer ?

Logo Paris Match
La salle, captée, vit le suspens et les retournements. C’est bouleversant. Et jouissif.

France Culture
Sans fausse note !

Logo Figaro Madame
Un tête-à-tête fiévreux se met en place dans cette pièce à suspense...

Réduire la liste
Afficher tous

À lire aussi

Laissez un avis sur Fausse Note

Votre prénom sera affiché à côté de votre commentaire

Jamais affiché, jamais partagé !

Votre évaluation :

Les avis des spectateurs sur Fausse Note

Anonyme
Christine 5

Piece magnifiquement interprétée, dont le sujet nous touche et nous fait réfléchir durablement. L'émotion des acteurs est visible à la fin de la représentation, faisant écho à celle des spectateurs. Quel investissement physique et moral dans ces rôles ! L'intimité de la salle est très appropriée. Inoubliable et à voir absolument .

0 0
Nadine
Nadine - membre depuis 77  mois 5

Grande performance de ces deux acteurs sur un passé qu'il ne faut jamais oublier. Bravo à tous les deux. Par contre je fais un reproche concernant l'organisation du théâtre le dimanche c'est à 16 h 30 et nous avons attendu dehors et sommes rentrés 5 minutes avant le début. Mais ceci a été effacé par cette très bonne pièce jouée avec excellence. Spectacle à voir.

0 0
Anonyme
Geneviève 5

Pièce brillante, surprenante et magnifiquement jouée par deux acteurs remarquables.

0 0
Anonyme
Annie 5

Un grand moment magnifique, poignant et saisissant
Merci et bravo pour ce majestueux spectacle la mise en scène, les 2 comédiens, le texte, du talentueux théâtre
Bravos et félicitations

0 0

Calendrier et tarifs - Fausse Note

  • décembre
  • Lu
  • Ma
  • Me
  • Je
  • Ve
  • Sa
  • Di
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12 21:00
  • 13 21:00
  • 14 21:00
  • 15 16:30
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19 21:00
  • 20 21:00
  • 21 21:00
  • 22 16:30
  • 23
  • 24 21:00
  • 25
  • 26 21:00
  • 27 21:00
  • 28 21:00
  • 29 16:30
  • 30
  • 31 21:00
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    • Promotion
    • Dernière minute
    • Plein tarif
    Tarifs
    • Plein 32 €
    • Réduit 20 € à partir de 2 places achetées
    • Etudiant 20 €
    • Jeune -26 ans 10 € tarif au guichet
    • Chômeur 20 €
    • Abonné 16 € Abonnés du théâtre

    À l’affiche dans ce théâtre

    Les autres pièces du même genre

    Ceux qui ont consulté le spectacle Fausse Note ont aussi consulté

    Notre site utilise des cookies afin d’optimiser la qualité de votre visite et vous proposer des offres adaptées. En poursuivant votre visite vous consentez à l’installation de ces cookies. Vous pouvez prendre connaissance de notre politique de confidentialité et apprendre comment les désactiver en cliquant le lien ci-après.

    En savoir plus

    Fermer

    Réserver