Actualités

#LeThéâtreEstVivant – Théâtre de la Contrescarpe

Interview

Juste à côté de la place de la Contrescarpe, au cœur du 5ème arrondissement, se trouve un Théâtre, petit par la taille certes, mais avec de grandes ambitions ! En quelques années ce théâtre est devenu un incontournable des soirées du quartier que ce soit pour les étudiants, nombreux à le fréquenter, ou les riverains qui s’abonnent et viennent régulièrement pour profiter d’une programmation riche et instructive.

Quelques mots sur le Théâtre

Inscrit dans un environnement vivant, intellectuel, chargé d’histoire, à deux pas du Panthéon, du Jardin du Luxembourg, de la Sorbonne… le Théâtre de la Contrescarpe met à l’honneur le théâtre contemporain (historique, politique, philosophique, jeune public…), avec une sélection exigeante de spectacles tous publics !

 

Qui dirige le Théâtre ?

Dominique Gosset est directeur général du Théâtre de la Contrescarpe et Maud Mazur s’occupe de la direction artistique, de la programmation et des réseaux sociaux.

 

Nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec Maud Mazur, qui nous en dit plus sur l’âme de ce lieu. Maud vient de l’histoire de l’art et n’avait pas d’expérience poussée dans le monde du Théâtre avant d’occuper cette fonction. Avant son arrivée en 2015, le lieu était dédié à l’humour.

 

« J’ai pris un peu de temps à mettre en place la ligne artistique actuelle, nous nous sommes cherchés, nous avons testé des choses. L’idée était de s’éloigner de la comédie pure. La première création à prendre de la distance avec la programmation d’avant a été « Racine ou La leçon de Phèdre » d’Anne Delbée, en 2016. 

 

Au fil des années je me suis aperçue que notre public appréciait les spectacles dotés d’une dimension historique et culturelle tout en gardant une certaine contemporanéité, plus que les spectacles sur des thèmes sociétaux par exemple. Le théâtre de la Contrescarpe est inscrit dans le 5ème arrondissement, dans un environnement intellectuel et historique particulier.

 

Depuis 2018, notre programmation est vraiment en phase avec nos goûts personnels, avec notamment une thématique sur des auteurs : nous avons proposé une pièce sur Charles Péguy et avant la fermeture des salles nous avions notamment « À la recherche du temps perdu » de Marcel Proust et « La Chute » d’Albert Camus. Il y a aussi de nombreuses propositions qui ont trait à l’histoire comme notre dernière création : « Jeanne d’Arc ».

 

 

Combien de personnes travaillent au Théâtre ?

« Nous sommes 8 en tout, pour la billetterie, la régie et la direction. Nous sommes une équipe soudée, très impliquée et motivée.

 

Les comédiens qui viennent jouer chez nous deviennent pour beaucoup des habitués et jouent plusieurs spectacles à différents moments. Ils créent des liens entre eux également en dehors du théâtre et cela donne lieu à de nouveaux projets. Ce dimanche par exemple, Caroline Borderieux, l’une des comédiennes du spectacle Jeune Public « Pourquoi Blanche Neige ne se réveille pas ? », qui participe au festival Nikon, a tourné, sur notre scène, son court métrage avec Pierre Deny, qui a joué au Théâtre de la Contrescarpe dans « Fausse Note ». Ces liens sont importants, surtout en ce moment ! 

 

Lors de nos présentations de saison animées par Philippe Fertray, les comédiens se rassemblent, se rencontrent et cela crée des affinités. »

 

La programmation du Théâtre de la Contrescarpe

« Je souhaite partager ce qui me passionne. Je décide de programmer un spectacle s’il me touche, s’il déclenche chez moi une émotion, qu’elle soit joyeuse ou triste. J’ai envie de présenter des spectacles qui apportent quelque chose au public.

 

Par exemple, le spectacle que nous avons proposé en octobre, « Le voisin de Picasso – Histoire d’un artiste sans histoire » évoque le peintre Alexis-Joseph Mazerolle, un peintre contemporain de Monet et de Renoir mais qui a été oublié. Il a pourtant peint des œuvres majeures comme le plafond de la Comédie-Française ou encore le foyer de l’Opéra Garnier. Ce spectacle est l’occasion de réhabiliter un peu cet artiste, de ne pas le laisser tomber dans l’oubli. 

 

Les deux mots qui guident nos choix de pièces sont donc l’émotion et la transmission. »

 

 

Quels sont les derniers succès en date du Théâtre de la Contrescarpe ?

Il y a récemment eu la pièce « Je m’appelle Erik Satie comme tout le monde » de Lætitia Gonzalbes, avec Elliot Jenicot et Anaïs Yazit,  qui a eu beaucoup de succès. Elle s’est arrêtée à cause du confinement en mars, mais nous voulions poursuivre jusqu’en juin, puis reprendre en octobre.

 

La pièce de Didier Caron « Fausse note », avec Pierre Azéma et Pierre Deny a également été très appréciée de nos spectateurs. Cette pièce devait également se poursuivre sur la saison 2020.

 

« Le voisin de Picasso », « La chute » de Camus et « À la recherche du temps perdu » de Marcel Proust reçoivent aussi un très bel accueil du public.

 

Nous sommes fidèles à nos artistes et quand les spectacles rencontrent du succès je laisse toujours une ouverture dans la programmation pour leur permettre de continuer.

 

C’est ce qui s’est passé avec la pièce « Péguy le visionnaire » initialement programmée pour trois mois et qui est finalement restée deux ans à l’affiche ! »

 

Quel sera votre prochain spectacle ?

« Nous allons commencer par reprendre les pièces qui étaient jouées au mois d’octobre, dès que la réouverture du théâtre sera possible.

 

Nous proposerons également une nouvelle création qui devait initialement débuter en janvier 2021 et qui parlera de Jacques Chirac.

 

Ces derniers mois pendant la fermeture, nous avons réalisé des capsules vidéos. Ce projet a été initié et réalisé par nos deux hôtesses de caisse, très impliquées dans la vie du théâtre.

 

Au démarrage, dans nos « hors-scène , les artistes, à l’affiche à la rentrée, ont proposé des tirades, des anecdotes, des entretiens… avec des signatures musicales originales d’Hélios Azoulay, qui joue « Moi aussi j’ai vécu » chez nous.  Tout le monde a participé avec un bel entrain ! Puis, en décembre, nous avons publié les « cuts », des montages vidéos des réponses des artistes à une même question. Nous avons aussi invité les artistes des saisons précédentes à y participer et ainsi, pour les « exquis », inspirés du jeu surréaliste, les artistes de "GALATÉE ou la rencontre surréaliste de Dalí et Gala" et de « Anna Karénine » se sont filmés tour à tour pour inventer des histoires originales ! C’était très émouvant de les retrouver ainsi réunis…

 

Ces vidéos nous permettent de garder le lien avec le public. C’est aussi un vecteur important qui permet aux comédiens de continuer à collaborer, de ne pas rester isolés.

Je suis très touchée par ces projets communs et ravie d’être si bien entourée. »

 

Le mot de la fin

« Toute la famille du Théâtre de la Contrescarpe a hâte de vous retrouver très vite pour partager des moments d’émotion et de joie, nous en avons tous tellement besoin ! »

Avis des spectateurs

Votre prénom sera affiché à côté de votre commentaire

Jamais affiché, jamais partagé !

Cet espace est réservé aux commentaires concernant l’aspect artistique de ce spectacle. Si votre demande concerne la billetterie ou la disponibilité des places, merci de contacter directement le guichet du théâtre.

Anonyme
Bernard

Magistrale piece "fausse note" par laquelle j'ai decouvert votre theatre à la programmation exigente.un grand bravo merci de continuer comme vous le faite .
A ma connaissance vous etes le seul théâtre à avoir cette qualité theatrale: peguy proust satie...

0 0

Dernières actualités

Notre site utilise des cookies afin d’optimiser la qualité de votre visite et vous proposer des offres adaptées. En poursuivant votre visite vous consentez à l’installation de ces cookies. Vous pouvez prendre connaissance de notre politique de confidentialité et apprendre comment les désactiver en cliquant le lien ci-après.

En savoir plus

Fermer