Les théâtres

Théâtre de Belleville 

retour à la liste
Théâtre de Belleville, salle
  • Théâtre de Belleville Théâtre de Belleville, salle
  • Théâtre de Belleville Théâtre de Belleville, façade de nuit
  • Théâtre de Belleville Théâtre de Belleville, extérieur
  • Théâtre de Belleville Théâtre de Belleville, hall, guichet
  • Théâtre de Belleville Théâtre de Belleville, Salle

94 Rue du Faubourg du Temple
75011   Paris, France

T : 01 48 06 72 34

Directeur : Laurent SROUSSI

Un coeur battant

 

Le Théâtre de Belleville est un lieu de création contemporaine situé au cœur du quartier de Belleville. A l'origine situé dans le village de Belleville il devient un théâtre Parisien en 1860 lorsque le village est annexé suite à l'expansion de la ville de Paris.

 

Totalement détruit en 1932, un nouveau bâtiment de style Art Déco lui succède dont le rez de chaussée héberge une salle de spectacle. Dans les années 40, le théâtre de Belleville alterne les soirées cinématographiques et les représentations théâtrales pur devenir un music-hall à la fin des années 50.

 

Après plus de 40 ans d'absence, le théâtre rouvre ses portes  en octobre 2011. Entièrement rénové, il offre une salle à taille humaine privilégiant le confort et la proximité des spectateurs. Revendiquant l'héritage de Jacques Copeau, la programmation vise un théâtre populaire et jubilatoire reposant sur des exigences éthiques et artistiques, la primauté du texte dramatique et des comédiens. Le Théâtre de Belleville se positionne comme un lieu de rencontre et de transmission, à travers la formation, l'hébergement de jeunes compagnies ou des   représentations hors les murs.

 

Pour plus d'informations sur le Théâtre de Belleville, rendez-vous sur son site Internet ou retrouvez ci-dessous la programmation dans cette salle.

A l'affiche au Théâtre de Belleville

Qui va garder les enfants ?

Qui va garder les enfants ?

de Fanny CHERIAUX, Nicolas BONNEAU

Pendant plus de deux ans, Nicolas Bonneau a suivi des femmes politiques dans leur quotidien. Femmes de gauche ou de droite, élues locales et nationales. Il en dresse ainsi une série de portraits émouvants ou caustiques tout... Lire plus

Pendant plus de deux ans, Nicolas Bonneau a suivi des femmes politiques dans leur quotidien. Femmes de gauche ou de droite, élues locales et nationales. Il en dresse ainsi une série de portraits émouvants ou caustiques tout en interrogeant sa propre domination masculine. Fermer

  • Mise en scène : Gaëlle HÉRAUT

La presse parle du Théâtre de Belleville

Logo Pariscope
T'es pas né ! Histoire de frangins

Logo Reg'Arts
Monsieur Belleville

Extrait : « C'est que l'histoire commence mal Ou peut-être c'est moi qui commence mal l'histoire » Voilà un spectacle qui m'a laissé... Lire plus

Extrait :
« C'est que l'histoire commence mal
Ou peut-être c'est moi qui commence mal l'histoire »

Voilà un spectacle qui m'a laissé dubitative.

Des idées. Une bonne interprétation. Une écriture vivante, simple, avec des mots de tous les jours et qui bascule parfois dans l'absurde ou dans la poésie.

Pas vraiment d'histoire. Des souvenirs, Des impressions. Sur la scène et sur l'écran. Qui se côtoient puis s'entremêlent. La vidéo comme personnage. La rue. Car c'est elle qui est montrée, disséquée, décortiquée. La solitude urbaine. Des images brutes avec quelques séquences qui retiennent l'attention : le père Noël, plutôt drôle, le pigeon, plutôt triste. La neige qui tombe. Les habitants du quartier. Des lumières. De jolies chansons d'Aurore Juin.

Thibault Amorfini, l'auteur et interprète, est jeune. Il est de la génération du fugitif, de l'instantané, de l'éphémère, de ce monde qui va si rapidement. Son style c'est tout cela. Il passe d'une réflexion à une autre, on a l'impression de mots jetés sur le papier un peu comme ils viennent, avec maladresse.

Même si on comprend bien que c'est justement  l'inhumanité de notre époque qu'il entend ainsi dénoncer, c'est ce côté « brouillon », ce  manque de cohérence, de « colonne vertébrale » qui m'a gênée je pense, qui fait que j'ai eu du mal à adhérer.

Le public, jeune dans l'ensemble, avait l'air d'apprécier. Peut-être est-ce un problème de génération…

Mais la démarche est intéressante et Thibault Amorfini certainement un artiste à suivre.

Et puis il y avait Hélène Viviès. Extraordinaire comédienne. Bluffante dans une seule scène, mais quelle scène ! Qui m'a fait regretter qu'il n'y en ait pas eu d'autres. Vibrante, naturelle, élégante dans sa démesure, elle incarne avec une grâce innée dépouillée de toute vulgarité une fille perdue pathétique qui vit le sexe comme un braquage, elle fait littéralement éclater le texte. Un très beau moment, qui touche au cœur.

Qui fait enfin de ce spectacle du vrai théâtre.

Extrait :
« Je lève les bras parce que c'est l'espoir que je porte
C'est notre rêve que je porte
Le rêve d'une existence libre et unique
Tant que je lèverai les bras c'est qu'il restera de l'espoir. »

Nicole Bourbon

Fermer
Voir
La presse en parle
Veuillez agréer

" Veuillez agréer " propose de représenter la vie des salariés en entreprises et commence par un entretien de recrutement collectif. Le recruteur s’y livre à un... Lire plus

"Veuillez agréer" propose de représenter la vie des salariés en entreprises et commence par un entretien de recrutement collectif. Le recruteur s’y livre à un véritable interrogatoire en règle, cherchant entre compliments et rebuffades à percer le candidat à jour. Un poste de vendeur ? de créatif dans la pub ? de chef de produit ?

Clément Belhache, Emmanuel De Candido, Romain Duquesne, Maëlia Gentil et Jean Pavageau relèvent avec talent le défi des scènes d'improvisation et se laissent surprendre et décontenancer en jouant ainsi les équilibristes.

Les comédiens font preuve d'un travail précis et manient avec aisance différents registres : le chant, la danse et le jeu clownesque.

"Veuillez agréer" qui met au jour le côté grotesque des relations dans l'entreprise, démontre la vitalité et l'inventivité de cette création collective de la Compagnie du 7ème étage à la bonne humeur contagieuse.

 

Fermer
Voir

À lire aussi

Calendrier et Tarifs - Théâtre de Belleville

  • décembre
  • Lu
  • Ma
  • Me
  • Je
  • Ve
  • Sa
  • Di
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Plan d’accès Théâtre de Belleville

    Comment se rendre au Théâtre de Belleville

  • Belleville, Goncourt
  • 46 ou 75
  • Les plus des Théâtres Parisiens Associés

    Services a votre disposition

    • Carte cadeau
      Carte cadeau
      ABONNEMENT CADEAU @Théâtre de Belleville

      ► 10€ au lieu de 25€ pour tous les spectacles (minimum de 3)
      ► 15€ au lieu de 25€ pour vos accompagnateurs

      ► Bénéficiez tout au long de l'année d'invitations et de tarifs réduits rien que pour vous, négociés auprès des théâtres, musées, cinémas, et salles de concerts partenaires (Maison des Métallos, Palais de Tokyo, Gaîté lyrique, Point Éphémère, 104 Paris, Théâtre de l'Odéon, MAM, Théâtre 13, BnF, Musée de l'Immigration, Théâtre de la Colline, etc,...)

      ► Une newsletter mensuelle pour vous tenir informé de toute l'actualité et profiter des bons plans de votre théâtre

      ► Soutenez le TDB et la jeune création !

      Envoyez le code « ABO » à l’adresse communication@theatredebelleville.com, on se charge du reste !
  • Théâtre de Belleville
  • Notre site utilise des cookies afin d’optimiser la qualité de votre visite et vous proposer des offres adaptées. En poursuivant votre visite vous consentez à l’installation de ces cookies. Vous pouvez prendre connaissance de notre politique de confidentialité et apprendre comment les désactiver en cliquant le lien ci-après.

    En savoir plus

    Fermer