Actualités

retour à la liste

Rencontre avec Joël Fabing, créateur lumière

26/11/15

Interview Reportage

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Joël Fabing qui nous a parlé de son métier de « créateur lumière », profession qu’il exerce depuis maintenant une dizaine d’années après avoir été régisseur lumière dans différents lieux dont l’Arsenal de Metz et l’Opéra de Dijon. Il intervient très fréquemment au théâtre, particulièrement dans les créations de Michel Fau comme récemment Fleur de Cactus au Théâtre Antoine.

Dardanus de Jean-Philippe Rameau à l’Opéra National de Bordeaux, mise en scène de Michel Fau, lumière de Joël Fabing, photo Jean-Pierre Boisseau. (2015)

Comment êtes-vous devenu Créateur Lumière ?

 

Je suis un autodidacte. Ce sont les rencontres qui ont changé beaucoup de choses dans ma vie professionnelle. Celle avec Michel Fau fut le grand tournant de ma carrière. Je l’ai rencontré il y a plus de dix ans maintenant, lorsque j’étais régisseur lumière à l’Opéra de Dijon. Nous avions travaillé un mois ensemble et Michel m’avait semblé très à l’écoute de mes propositions. Lorsqu’il est revenu quelques temps après pour monter l’opéra Madame Butterfly, il n’avait plus d’éclairagiste dans son équipe et m’a proposé de  tenir ce rôle, que j’ai accepté avec un immense plaisir. Depuis nous travaillons ensemble sur presque toutes ses pièces.

Maison de Poupée de Henrik Ibsen au théâtre de la Madeleine, mise en scène Michel Fau, lumière de Joël Fabing (2010)

 

Comment s’organise votre travail de créateur lumière ?

 

Lorsque je dois éclairer un spectacle, la première étape consiste pour moi à me familiariser avec l’œuvre. Si c’est un Opéra j’écoute la musique, si c’est une pièce je rentre dans le texte : mon but est de réussir à m’immerger dans l’univers de l’œuvre.

 

J’échange ensuite avec le metteur en scène sur cet univers, la façon dont nous l’avons ressenti et les émotions qui s’en dégagent. C’est un moment très particulier : il faut que je comprenne ce dont le metteur en scène a envie afin de pouvoir avancer dans son sens.  Je connais maintenant tellement bien Michel Fau que j’arrive quasiment à deviner ce qu’il a en tête sans lui parler.

 

Arrive ensuite le moment très attendu de la présentation de la maquette par le scénographe. Ce jour-là nous sommes tous comme des gamins devant une maison de poupée. A partir de cette maquette je peux rentrer encore plus concrètement dans la conception de ce que je vais proposer. A ce stade, en revanche, tout se passe encore dans ma tête, je ne fais le plan que plus tard, une fois que mes idées ont muri. Puis, tout sort d’un coup et je prépare mon plan : je note sur la partition ou sur le texte l’endroit où chaque effet doit se déclencher.

Dardanus de Jean-Philippe Rameau à l’Opéra National de Bordeaux, mise en scene de Michel Fau, lumière de Joël Fabing , photo Jean-Pierre Boisseau. (2015)

 

La prochaine étape est la mise en place sur le plateau. Pendant plusieurs jours, une fois que le décor est monté, j’installe les projecteurs. J’ai au préalable fait des essais de couleur sur un buste de Molière blanc que je possède.

 

Viennent ensuite les essais avec les acteurs et les tests en répétition. Le premier rôle de la lumière est d’éclairer, de créer une ambiance. Il ne faut pas aveugler les acteurs et il faut leur permettre d’effectuer leurs déplacements sans danger quitte à installer parfois des lumières en coulisse.

Au fur et à mesure des réglages, la lumière évolue. J’essaye d’être attentif et de me laisser surprendre par ce que je peux découvrir en faisant des essais. Une fois le plan écrit et le matériel installé, c’est le régisseur lumière qui assurera le bon déroulé des effets pendant les représentations.

 

Pouvez-vous nous parler de votre travail sur la pièce « Fleur de Cactus » ?

 

La pièce se passe dans les années 60. L’univers graphique de l’époque est très particulier et très amusant avec des couleurs et des formes typiques. Pour la scène de boite de nuit, j’ai par exemple travaillé sur des pochoirs à lumière appelé « gobos » qui projettent des spirales au sol. Pour me plonger dans cet univers j’ai passé une journée à regarder des photos de l’époque sur Google. Pour chaque pièce je cherche de nouvelles couleurs dans les gammes de filtres qui sont à ma disposition.

Fleur de Cactus de Barillet et Gredy au Théâtre Antoine, Mise en scene de Michel Fau, Lumière de Joël Fabing (2015)

 

Avec Michel Fau nous nous sommes tout d’abord concentrés sur la rampe, c’est-à-dire les lumières disposées sur le bord de la scène qui éclairent par en dessous. C’est la base de l’esthétisme de l’éclairage des spectacles de Michel, ce qui donne un côté baroque à l’ensemble. L’éclairage du tableau qui est sur le mur dans le cabinet du dentiste a également retenu toute notre attention. Il y a en tout 90 projecteurs installés pour cette pièce, ce qui est un nombre conséquent mais bien moindre que pour un opéra où l’on est plus proche des 200.

David Belugou, qui est en charge des costumes, avait une requête particulière sur l’éclairage de la fantastique robe en lamé que Catherine Frot porte vers la fin de la pièce et dans laquelle elle est sublime. Il souhaitait un éclairage de face et sans gélatine car seule la lumière non colorée fait ressortir tous les effets du lamé. Pour qu’une œuvre fonctionne esthétiquement il est très important d’écouter les avis et les demandes des différentes personnes de l’équipe !

 

Un grand merci à Joël Fabing, qui a pris le temps de nous répondre et qui a partagé avec nous sa passion pour son métier. Vous pouvez découvrir plus de visuels de ses créations sur son site.

Dans la série  « les métiers du théâtre », retrouvez également sur notre site l’interview de Pascale Bordet, costumière et celle de Sophie Jacob, Scénographe.

 

 

 

Avis des spectateurs

Email

Laisser un commentaire

Cet espace est réservé aux commentaires concernant l’aspect artistique de ce spectacle. Si votre demande concerne la billetterie ou la disponibilité des places, merci de contacter directement le guichet du théâtre.

abonnez-vous à notre newsletter

Actualités, programmation, bandes annonces, offres… Bénéficiez d’avantages exclusifs réservés à la communauté des Théâtres Parisiens Associés.

 

Dernières actualités

  • Rencontre avec Joël Fabing, créateur lumière
  • En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

    En savoir plus

    Fermer