Spectacles

Jeanne d'Arc 

Théâtre de la Contrescarpe

Contemporains Seul en scène Pièce historique

De Monica GUERRITORE

JEANNE D’ARC : UN MODÈLE DE COURAGE FÉMININ, D’UNE ABSOLUE MODERNITÉ Jeanne d’Arc est un magnifique exemple de conviction et de courage. Elle est un modèle éternel, universel, qui peut... Lire plus

JEANNE D’ARC : UN MODÈLE DE COURAGE FÉMININ, D’UNE ABSOLUE MODERNITÉ


Jeanne d’Arc est un magnifique exemple de conviction et de courage. Elle est un modèle éternel, universel, qui peut nous guider dans nos combats d’aujourd’hui. Sachons nous inspirer de son incroyable parcours.

Du haut de ses dix-sept ans, guidée par ses voix, Jeanne réussit l’exploit de lever une armée et de libérer Orléans du joug anglais. Grâce à elle, Charles VII est sacré roi de France en 1429. Capturée l'année suivante par les Bourguignons qui la livrent aux Anglais, elle est jugée pour hérésie.

Face à ses juges, elle tient bon, mais, à bout de forces, finit par abjurer enfin, avant de se rétracter aussitôt : plutôt mourir que se renier. Condamnée, elle est brûlée vive, à seulement dix-neuf ans.

Réhabilitée par Charles VII, béatifiée en 1909, elle est canonisée en 1920, il y a cent ans tout juste.


JEANNE D’ARC, FIGURE FÉMININE INSPIRANTE POUR MENER LES COMBATS ACTUELS

L’auteure du spectacle, Monica Guerritore, s’est prise de passion pour cette grande figure de l’héroïsme au féminin.

Jeanne d’Arc porte un message intemporel : chacun de nous, même une très jeune femme, pourvu qu’elle soit animée de convictions fortes, peut combattre les injustices et changer le cours de l’Histoire.

À travers Jeanne d’Arc, ce spectacle rend hommage aux courageux combattants modernes tels que Martin Luther King, Che Guevara, l’étudiant qui arrêta les chars place Tien An Men ou encore Greta Thunberg...

Joué devant plus de trois cent mille spectateurs à travers le monde, « Jeanne d’Arc » jette un pont entre le quinzième siècle et l’époque moderne. Il nous adresse un message d’espoir : Jeanne d’Arc a été le grain de sable qui a enrayé le mécanisme des pouvoirs. Son courage est en chacun de nous. Ne l’oublions pas…

Durée : 1h10

Fermer

Première

 : 

Dernière

 : 

Distribution :

Séverine COJANNOT

Mise en scène :

Monica GUERRITORE

Collaboration artistique :

Bénédicte BAILBY Jeanne SIGNE

Infos et réservation :

Guichet :

Contrescarpe 5 rue Blainville 75005 Paris  

Tél. location

 : 01 42 01 81 88
Salle ouverte
Horaires adaptés. Vive le théâtre et le spectacle vivant... avant 21h !
+++
Chères spectatrices, chers spectateurs,

Plus que jamais, votre sécurité et celle de notre personnel est notre priorité. Voici nos mesures sanitaires, pour partager un moment de sérénité :
• Nous désinfectons les rampes et les poignées avant et après chaque représentation, en plus d’une désinfection quotidienne de la salle.
• Nous aérons et renouvelons l’air de la salle entre deux spectacles.
• Nous mettons à votre disposition du gel hydroalcoolique à l’entrée.
• Nous organisons la circulation au sein du théâtre afin de limiter les contacts.
• Nous appliquons les règles de distanciation avec un siège libre entre chaque groupe.

Merci de nous aider à assurer votre confort et votre sécurité :
• Réservez et réglez vos places à l’avance si possible sur notre site internet ou par téléphone en VAD.
• Évitez le maniement d’espèces et privilégiez le paiement sans contact.
• LE PORT DU MASQUE EST OBLIGATOIRE À PARTIR DE 11 ANS durant tout votre temps de présence, y compris pendant les représentations. N’oubliez pas de venir avec votre masque !
• Respectez les indications de notre personnel pour vous placer et quitter la salle.

Merci d’avance pour votre aide !
Jusqu'au 02/01/21 à partir de

10

La presse parle de Jeanne d'Arc

Sorties à Paris logo
Un spectacle décapant, à venir applaudir en famille, et salutaire pour les jeunes...

Un texte de Monica GUERRITORE, qui signe la Mise en Scène. C'est Jean-Paul MANGANARO, qui a fait la traduction. Collaboration Artistique: Bénédicte BAILBY & Jeanne SIGNÉ. Ce spectacle, dans le monde, a réuni plus de 300 000 spectateurs.   Ma collaboratrice, Anne Gouinguenet m'a envoyé un texto... Lire plus

Un texte de Monica GUERRITORE, qui signe la Mise en Scène.
C'est Jean-Paul MANGANARO, qui a fait la traduction.
Collaboration Artistique: Bénédicte BAILBY & Jeanne SIGNÉ.
Ce spectacle, dans le monde, a réuni plus de 300 000 spectateurs.
 
Ma collaboratrice, Anne Gouinguenet m'a envoyé un texto dès la fin de la représentation:
"Texte magnifique, interprétation magistrale".
Elle a souligné plus tard le talent de Séverine COJANNOT, qui donne une incarnation inoubliable de Jeanne d'Arc.
"Un spectacle décapant, à venir applaudir en famille, et salutaire pour les jeunes générations".
 
De quoi vous donner envie de réserver vite !

Fermer
Logo Spectacles Sélection
Grande, athlétique et lumineuse, Séverine Cojannot en impose. Tout est parfait.

Sur la scène, un poteau et deux cordes symbolisent le martyre de Jeanne, deux pièces d’armure marquent son combat. La remarquable traduction du texte dit tout ce que nous savons d’elle, les premières Voix, sources des premiers tressaillements du cœur, la rencontre avec le dauphin Charles,... Lire plus

Sur la scène, un poteau et deux cordes symbolisent le martyre de Jeanne, deux pièces d’armure marquent son combat. La remarquable traduction du texte dit tout ce que nous savons d’elle, les premières Voix, sources des premiers tressaillements du cœur, la rencontre avec le dauphin Charles, l’entraînement au combat, la prise d’Orléans, la flèche qui la blessa, puis la captivité, le procès et l’arrêt de mort. Six années séparent la fillette de treize ans, qui entendit la voix de l’Archange Saint Michel l’exhorter dans le jardin de la maison familiale, de la jeune fille de dix-neuf ans qui se consuma sur la Place du marché de Rouen. Ses cendres jetées dans le fleuve, ni tombe, ni cénotaphe rappellent l’existence de l’héroïne hors du commun qu’elle fut. Son action, heureusement, survécut aux siècles. Écrits, longs métrages, pièces de théâtre abondent mais l’Église ne reconnut ses torts par sa béatification puis sa canonisation que près de 500 ans plus tard.


Monica Guerritore, italienne de grand talent, s’attaqua au mythe en 2004, un seul en scène qui devint très vite un succès planétaire. Le voici à Paris. Il tarda curieusement à « rentrer à la maison », la France, qui vit naître son héroïne. Mieux vaut tard que jamais.


Grande, athlétique et lumineuse, Séverine Cojannot en impose. C’est son cœur qui l’anime comme il anima l’enfant effrayée par les sollicitations divines, l’adolescente qui osa rencontrer à Chinon un roi sans couronne et sans trône, la guerrière chevauchant son destrier, l’épée au poing, puis la jeune fille trahie, partagée entre la conviction de détenir la vérité et l’effroi de la condamnation. La diction parfaite, le regard habité, Séverine Cojannot narre les faits mais décortique surtout le mystère qui fit agir cette fille du peuple, trop pure pour percevoir toute la monstruosité du pouvoir. Les lumières éclairent subtilement la comédienne, les musiques la portent, les vidéos soulignent son long monologue et les photos révèlent les visages de quelques hommes et femmes qui luttent depuis, comme elle, contre des moulins à vent. Tout est parfait. On attend au moins un Molière. M-P. P.

Fermer
Source
Texte intense et émouvant...

Une silhouette frêle et fine avance dans la salle, toute de noir vêtue.  Dans un décor sombre, aux tentures noires tendues aux murs, une potence trône, insolente, au milieu de la scène. Séverine Cojannot apparaît, lumineuse, sous les traits si familiers de celle qui a marqué à... Lire plus

Une silhouette frêle et fine avance dans la salle, toute de noir vêtue. 
Dans un décor sombre, aux tentures noires tendues aux murs, une potence trône, insolente, au milieu de la scène.
Séverine Cojannot apparaît, lumineuse, sous les traits si familiers de celle qui a marqué à jamais l'histoire de France, figure charismatique au visage emblématique.
De son corps tendu, incarnée, Séverine Cojannot donne corps avec émotion à toutes les facettes d'une femme au destin funeste. Enfant, femme, rêveuse et guerrière, Jeanne d'Arc incarne la soif de ces figures symboliques qui ont su regarder les étoiles et ont cru à l'immensité des possibles.
Monica Guerritore met en scène la vie de Jeanne D'arc, cette femme qui a entendu la voix des anges et qui courageusement n'a eu de cesse de suivre son destin. 


Seule en scène, Séverine Cojannot insuffle avec justesse toute la force de cette femme qui a été trahie et menée au bûcher, considérée par l 'église comme une traitresse, dangereuse et hérétique.
Sorcière outrageuse et scandaleuse Jeanne d'Arc a subi le joug de ceux qu'elle plaçait après Dieu. 
Le texte met en exergue les convictions de cette femme au cœur inébranlable et juste qui ne cherchait pas la gloire et qui, de sa main,  a combattu l'ennemi et défendu son pays.
La mise en scène mêle la figure de Jeanne d'Arc aux héros d'hier et d'aujourd'hui. Le combat de Jeanne d'Arc est comparé à celui d'un autre, Martin Luther king, à des images devenues symboliques, comme ce jour où un homme arrêta un char sur la place Tien an Men, ou à des événements historiques forts : la chute du mur de Berlin.

Car Jeanne d'Arc est une effigie, reniée pour son combat mais aussi reniée pour qui elle était : une femme qui n'est pas restée à sa place, qui a osé porter l'armure guidée par ses voix, ses convictions.
La musique qui oscille entre l'Adagio pour cordes de Samuel Barber et Show Must Go On de Queen, nous entraine dans l'intensité d'une écriture poétique et engagée. 


S’accordant aux ruptures de rythme du texte intense et émouvant, Séverine Cojannot amène une émotion palpable, passionnée et possédée.
Sorcière qui brûle dans le feu de l'enfer, devenue une étoile qui brille parmi la constellation de ceux qui n'ont pas renoncé et ont cru en leurs rêves,  la Jeanne d'Arc de Monica Guerritore touche l’universel, terriblement humaine et mère de tous les combats. 


Créé et interprétée par Monica Guerritore en Italie en 2004, « Jeanne d’Arc » a été joué plus de 450 fois devant près de 300 000 spectateurs en Italie, à Londres et à New-York, jusqu’en 2019. Tout juste 100 ans après la canonisation de la pucelle d’Orléans, le spectacle sera interprété par Séverine Cojannot, sous la direction de Monica Guerritore, à partir du 1er octobre 2020 au Théâtre de la Contrescarpe.

Fermer
Source
Une création originale et incandescente !

Jeanne d’Arc va jeter du feu à la Contrescarpe Il est impossible d’évoquer l’histoire de France, sans parler d’une héroïne universelle, figure mythique incontournable de la Guerre de Cent ans dont le nom a fait la légende et a inspiré nombres d’auteurs. Jeanne d’Arc,... Lire plus

Jeanne d’Arc va jeter du feu à la Contrescarpe
Il est impossible d’évoquer l’histoire de France, sans parler d’une héroïne universelle, figure mythique incontournable de la Guerre de Cent ans dont le nom a fait la légende et a inspiré nombres d’auteurs. Jeanne d’Arc, la Pucelle d’Orléans a alimenté bien des rumeurs, bien des jalousies et des ferveurs et bien des complots.

C’est cette héroïne rebelle, cette conquérante gênante, cette sainte mystérieuse qui entendait des voix que l’on retrouve. La chef de guerre est transposée à notre époque dans un parallèle entre son histoire et ceux qui sont allés au combat en se levant au nom des droits des hommes et de la liberté. Le portrait d’une femme à part face au courage dont ont également fait preuve Don Quichotte à Che Guevara, Martin Luther King et ce jeune chinois qui a affronté les tanks sur la place Tien an Men à Pékin ; tous des porte-voix intergénérationnels pour une même voie : celle de l’injustice.

"Jeanne d’Arc", une création originale et incandescente de et mise en scène par Monica Guerritore qui a “cherché à faire revivre ce mystère lumineux et tragique en s’approchant du cœur de la vocation de Jeanne, de l’appel de son âme, qui s’est fait action à travers l’esprit“.

Un monologue captivant et émouvant d’1h10 porté avec maestria par Séverine Cojannot ; l’histoire revisitée, tout juste 100 ans après la canonisation de la pucelle d’Orléans, d’une icône universelle interprétée avec poigne et pour la première fois, en français, au Théâtre de la Contrescarpe.

Fermer
Source
Étonnement et émerveillement (...) Prestation sublime.

Jeanne d’Arc prend son envol au Théâtre de la contrescarpe Créé et interprété par Monica Guerritore en Italie en 2004, Jeanne d’Arc a été joué plus de 450 fois devant près de 300 000 spectateurs en Italie, à Londres et à New-York, jusqu’en... Lire plus

Jeanne d’Arc prend son envol au Théâtre de la contrescarpe
Créé et interprété par Monica Guerritore en Italie en 2004, Jeanne d’Arc a été joué plus de 450 fois devant près de 300 000 spectateurs en Italie, à Londres et à New-York, jusqu’en 2019.

Tout juste 100 ans après la canonisation de la pucelle d’Orléans, le spectacle est interprété par Séverine Cojannot, sous la direction de Monica Guerritore, depuis le 1er octobre 2020, au Théâtre de la Contrescarpe.

« Jeanne d’Arc rentre à la maison »

"Je suis heureuse que Jeanne rentre enfin à la maison, c’est une expérience très émouvante. J’ai été conquise par Jeanne qui a eu le pouvoir de changer le cours de l’Histoire parce qu’elle a écouté sa voix intérieure. Cette même voix intérieure que la vie m’a appris à écouter, depuis mes débuts avec Strehler, quand un ange m’a conduite au Piccolo teatro.

Au XVème siècle, il y avait un grand projet politique mené par les intellectuels, les professeurs universitaires, les évêques et les hommes de pouvoir. Et soudain, une jeune fille, une bergère se met en travers du chemin. Elle risque de faire échouer le projet. De plus, elle dit parler au nom de Dieu. Et cela est inacceptable. Cette jeune fille est un obstacle. Il faut l’éliminer. Et c’est ce qui s’est passé..." MONICA GUERRITORE


Après de multiples adaptations théâtrales et cinématographiques, Monica GUERRITORE reprend l’histoire de Jeanne d’Arc et nous donne sa vision de cette femme, à la fois si connue et décriée. Mythe ou réalité, on peut se poser naturellement la question, mais là n’est pas le sujet. Car, à travers le récit de Jeanne d’Arc, c’est surtout au nom de toutes les femmes que la pièce parle. Et c’est aussi sur ce point précis que Jeanne d’Arc, ce seul en scène est très réussi.

Jeanne prend de la hauteur et nous attrape au vol dans ses bras puissants.

À l’aide d’une scénographie, absolument magnifique, assez rock et remplie de références contemporaines, Séverine COJANNOT illumine littéralement la scène du théâtre de la Contrescarpe et nous ébloui par sa force et sa nature de comédienne.

Histoire d’un challenge ahurissant
À cause de la crise sanitaire, qui n’en finit plus, après avoir été déprogrammée une première fois, les répétitions de Jeanne d’Arc ont repris, à Paris, mais sans sa metteuse en scène, bloquée en Italie. C’est donc à distance et avec la collaboration artistique de Bénédicte BAILBY et Jeanne SIGNÉ, que la pièce a été finalisée. Dans cette atmosphère particulière, Séverine COJANNOT nous livre sa prestation sublime. Tout en puissance, élégance, douceur et émotions.

Étonnement et émerveillement, ce spectacle nous réserve bien des surprises. Loin d’être sinistre, comme on pourrait s’y attendre, c’est surtout l’éblouissement qui nous envahit et Jeanne devient vivante grâce aux actes de son procès et aux mots de Monica.
Les très belles musiques résonnent et se mêlent aux images de Dreyer et de Martin Luther King.

Jeanne d’Arc (et son interprète, Séverine COJANNOT) fait partie de mes grands coups de cœur de la saison.

Le théâtre de la contrescarpe a choisi pour sa réouverture, une immense pièce. Une pièce qui pourrait déstabiliser par ses choix artistiques, mais qui restera une prouesse d’interprétation et un grand moment de théâtre.
En portant ces textes au public, ces paroles, on se rapproche de ces hommes et de ces femmes qui ont su “regarder les étoiles”.

Fermer
Source
Le jeu de Séverine Cojannot est spectaculaire...

« Une femme ne meurt pas si une autre femme, quelque part, reprend son souffle« .  Terminer cette pièce par cette phrase est la meilleure façon de nous faire nous rendre compte de l’importance de transmettre l’histoire de générations en générations, si difficile... Lire plus

« Une femme ne meurt pas si une autre femme, quelque part, reprend son souffle« . 
Terminer cette pièce par cette phrase est la meilleure façon de nous faire nous rendre compte de l’importance de transmettre l’histoire de générations en générations, si difficile soit-elle. 

Jeanne est née vers 1412, à Domrémy, duché qui relevait à la fois du Royaume de France et Saint Empire Romain Germanique. Quand elle avait environ 13 ans, des voix ont changé son destin. Je ne vais pas retracer sa vie, car nous l’avons tous étudiée à l’école, et on sait très bien comment sa vie s’est terminée. On sait aussi ce qu’elle a apporté à la France, même si ça a été reconnu bien après qu’elle ait été mise à mort à la suite de son procès.
Je vais plutôt parler de la façon dont la pièce est construite et interprétée.  
On s’installe dans une salle où la scène est dans une quasi obscurité. Un décor minimaliste nous rappelle les étapes de sa vie : une épée, une armure écartelée, des cordes, et un poteau, qui fait figure de personnage à part entière, à certains moments de la pièce, aux moyens d’une lumière crue et dure. Un personnage qui nous regarde de haut, comme pour nous rappeler que c’est lui qui aura le dernier mot. 

C’est avec une extrême sensibilité que Séverine Cojannot incarne une Jeanne seule au milieu de ses détracteurs. Elle nous raconte, se débat dans son procès. Elle conteste les dires de l’Evêque de Beauvais, entre autres. Elle cherche à leur expliquer ce qu’elle a vécu, pourquoi elle a agi comme ça, comment elle a sauvé la France, sans trahir Dieu, qui l’a guidée.
Il n’est pas besoin d’en faire plus niveau décors et accessoires. L’essentiel y est. La tension historique est palpable, entre le décor minimaliste et les jeux de lumière et de son. Je noterai un passage mémorable sur la musique de Queen, qui nous fait frissonner d’émotion.  
Le jeu de Séverine Cojannot est spectaculaire pour ce rôle qui n’est pas simple à jouer. Elle joue son personnage, elle le vit, dans son être, dans sa gestuelle. Elle nous ferait espérer que l’histoire change, que Jeanne revienne gagnante du procès … 

Fermer
Source
Réduire la liste
Afficher tous

Laissez un avis sur Jeanne d'Arc

Votre prénom sera affiché à côté de votre commentaire

Jamais affiché, jamais partagé !

Votre évaluation :

Calendrier et tarifs - Jeanne d'Arc

  • Promotion
  • Dernière minute
  • Plein tarif
Tarifs
  • Plein 28 €
  • Réduit 18 € à partir de 2 places achetées
  • Etudiant 18 €
  • Jeune -26 ans 10 € tarif au guichet uniquement et dans la limite des places disponibles
  • Chômeur 18 €
  • Abonné 14 € Abonnés du théâtre

À l’affiche dans ce théâtre

Les autres pièces du même genre

Ceux qui ont consulté le spectacle Jeanne d'Arc ont aussi consulté

Notre site utilise des cookies afin d’optimiser la qualité de votre visite et vous proposer des offres adaptées. En poursuivant votre visite vous consentez à l’installation de ces cookies. Vous pouvez prendre connaissance de notre politique de confidentialité et apprendre comment les désactiver en cliquant le lien ci-après.

En savoir plus

Fermer