Spectacles

Espèces d'espaces 

Espèces d'espaces au Théâtre Artistic Théâtre
0

00 avis
1 commentaire(s)

Votre avis
Théâtre Artistic Théâtre

Contemporains Avant-garde

De Georges PEREC

Ce « journal d’un usager de l’espace », dresse un inventaire, souvent amusé et amusant, de « lieux-souvenirs » - des lits où Perec a dormi jusqu’aux pays où il n’aurait pas aimé aller - tandis qu’Anne-Marie Lazarini entreprend de les contenir tous... Lire plus
Ce « journal d’un usager de l’espace », dresse un inventaire, souvent amusé et amusant, de « lieux-souvenirs » - des lits où Perec a dormi jusqu’aux pays où il n’aurait pas aimé aller - tandis qu’Anne-Marie Lazarini entreprend de les contenir tous entre les murs d’un théâtre réinventé. Poursuivant son travail sur l’écriture contemporaine, après Michel Vinaver et Jean Echenoz (Ravel), Anne-Marie Lazarini porte aujourd’hui à la scène « Espèces d’espaces ». Ce texte non théâtral et pourtant construit tout entier autour de la mise en abîme, « journal d’un usager de l’espace », dresse un inventaire de « lieux » s’emboîtant comme des poupées russes, de la page au lit, de la chambre à l’univers, en passant par les quartiers, la ville, la campagne ou autres contrées étrangères… Faire entendre ce texte dans un théâtre, c’est aussi, au-delà de sa seule musicalité, chercher comment évoquer cet emboîtement, depuis la page blanche, dans un nouvel espace que l’on explorerait un peu à la manière perequienne : partir du plateau nu, puis peu à peu intégrer passerelles, gradins, décors ou coulisses… et interroger leurs imbrications, interpénétrations… et la circulation, de l’un à l’autre, des acteurs et spectateurs. Rencontres à ne pas manquer : - jeudi 26 mars, avec l'équipe artistique à l’issue du spectacle - lundi 30 mars à 18h30 à la BnF site Richelieu (salle des commissions) 5 rue Vivienne (Paris 2e), avec Anne-Marie Lazarini et un des acteurs du spectacle pour une lecture discussion (entrée libre, informations www.bnf.fr) Fermer

Première

 : 

Dernière

 : 

Mise en scène :

Anne-Marie LAZARINI

Lumière :

François CABANAT

Costumes :

Dominique BOURDE

La presse parle de Espèces d'espaces

Logo Le Sauvage

Un spectacle fulgurant d’intelligence

Espèces d’espaces, Perec, Artistic Athévains Aller assister au théâtre Artistic Athévains à la création scénique de «... Lire plus

Espèces d’espaces, Perec, Artistic Athévains
Aller assister au théâtre Artistic Athévains à la création scénique de « Espèces d’espaces » de Georges Pérec.
Pénétrer avec délices dans les méandres de l’imaginaire rigoureux de l’auteur, guidé par trois comédiens
S’émerveiller de la précision quasi mathématique de son regard plein d’humour sur les choses, les lieux.
Sourire aux énumérations obsessionnelles de son discours, évocatrices d’un univers tout à la fois étriqué et en pleine expansion.
Se passionner pour l’histoire d’un lit dans une pièce d’un appartement dans un immeuble d’un quartier d’une ville dans un pays….jusqu’aux espaces infinis
Admirer les enchaînements qui s’emboîtent mécaniquement comme les pièces d’un puzzle poétique.
S’enthousiasmer devant le prodigieux travail de mémorisation des comédiens: Andréa Retz- Rouyet, Stéphanie Lanier et Michel Ouimet, tous trois fantastiques
Applaudir la subtile mise en scène d’Anne-Marie Lazarini qui, à l’aide d’un écran, de quelques meubles et maquettes, évoque avec grand talent le monde pérecquien, secondée par Dominique Bourde et François Cabanat, responsables de la scénographie.
BREF
Ne manquer sous aucun prétexte ce spectacle fulgurant d’intelligence.
P.S. : Retrouvez dans le Sauvage papiers années 70 l’interview faite avec Georges Pérec, illustré mot à mot par Daniel Maja. Un bijou.
Michèle Valmont

Fermer
Logo Sortiraparis

Un très beau texte mis en valeur avec inventivité

Le mardi 24 mars 2015 Espèces d'espaces de Georges Perec est joué au théâtre Artistic Athévains du 10 mars au 26 avril 2015, dans une mise en scène... Lire plus

Le mardi 24 mars 2015 Espèces d'espaces de Georges Perec est joué au théâtre Artistic Athévains du 10 mars au 26 avril 2015, dans une mise en scène d'Anne-Marie Lazarini. Un très beau texte mis en valeur avec inventivité. Ils sont trois à lui prêter leur voix. Stéphanie Lanier, Michel Ouimet et Andréa Retz-Rouyet forment une chorégraphie polyphonique du texte de Georges Perec. Le seul en scène eût été dangereux, le texte pouvant paraître austère... Mais ici, une jolie gaité émane de ce trio coloré et le texte se fait amusement. "J'écris..." ainsi commence le spectacle. Georges Perec est l'homme des mots : celui qui peut se tordre l'esprit à concevoir un livre entier sans la lettre e et dont les mots croisés sont célèbres pour leur difficulté s'intéresse ici, avec la même précision de rat de bibliothèque, à l'espace, à son sens et à son utilisation par le genre humain. Il commence par le lit : "le lit est l'espace élémentaire de l'homme." Puis l'appartement : un plan apparaît alors sur le sol. Puis l'immeuble, la rue, le quartier, la ville, la campagne, le pays, le monde... L'espace, enfin. Il imagine un lieu d'habitation, un lieu de vie, explore les fantasmes liés à la verte campagne, s'interroge sur les frontières d'un pays. Son texte, excellent, est le moteur de mille réflexions sur l'appropriation du monde par l'homme, et par extension, réflexions sur son rapport au temps. La mise en scène se veut ludique, allégeant le texte : juchée sur une balançoire, explorant les quelques appartements d'un immeuble dessiné, projetant sur l'écran géant quelques images de lits, tous différents, illustrations des diverses chambres où a pu dormir Perec, la mise en scène d'Anne-Marie Lazarini donne au texte une matérialité expressive. Les trois comédiens semblent s'agiter sur un terrain de jeu constamment réinventé. C'est frais et intelligent : en somme, une belle réussite ! Maïlys Celeux-Lanval

Fermer
Sorties à Paris logo

Une mise en scène qui vaut le déplacement !

Mardi 10 mars 2015 Je me suis toujours senti, une "proximitude", avec Georges PEREC, nous sommes nés le même jour, un 7 mars. (Il est mort un 3 mars, j'aimerais en faire de... Lire plus

Mardi 10 mars 2015
Je me suis toujours senti, une "proximitude", avec Georges PEREC, nous sommes nés le même jour, un 7 mars. (Il est mort un 3 mars, j'aimerais en faire de même...)
Il a publié "ESPECES d'ESPACES", en 1974.
Il est donc parti le 3 mars 1982, sans avoir eu l'opportunité de fêter une année de plus.
Cette pièce, c'est une façon d'abécédaire de tous les Espaces qui nous entourent, que nous occupons, et les autres...
Il ne faut pas oublier que ce trublion jouisseur et touche à tout, était verbicruciste.
Et, cette passion s'illustre dans le texte de ce spectacle, où chaque mot est particulièrement choisi.
La superbe mise en Scène de Anne-Marie LAZARINI, assistée de Frédérique LAZARINI, que l'on entend en voix off, et que j'aime tant voir sur scène.
Ce soir, son sourire était dans la salle.
Scénographie, vidéo, lumières de François CABANAT, des costumes de la talentueuse Dominique BOURDE.
Les interprètes, sans lesquels le spectacle serait tout autre : Stéphanie LANIER, Andréa RETZ-ROUYET et Michel OUIMET.
Un texte qui ressurgit d'un auteur rarement mis à l'honneur et au fronton des théâtres, une mise en scène, qui vaut le déplacement !
Robert Bonnardot

Fermer
Logo Théâtre Passion

Un texte servi par de bons comédiens qui l’air de rien s’amusent comme nous !

Mercredi 18 Mars 2015 Sur scène, un espace entouré par un autre espace avec des fauteuils d’orchestre et les lettres « e » calligraphiées et... Lire plus

Mercredi 18 Mars 2015 Sur scène, un espace entouré par un autre espace avec des fauteuils d’orchestre et les lettres « e » calligraphiées et s’éparpillant dans tous les sens, de l’autre côté le profil d’un chat qui observe. Il y a aussi, la machine à écrire et sur l’espace d’une feuille de papier blanc qu’il faut remplir dans tous les sens, pour aligner les verbes, les phrases. On arrive à l’espace rectangle d’un lit où l’on dort et où l’on passe une bonne partie de la journée. La scène de l’appartement est drôle, les comédiens passant sur le plan projeté à terre et déambulant dans chaque pièce, tout en répondant à un « qui fait quoi et où ? ». La découpe d’un immeuble qui nous permet de voir les intérieurs des appartements, la vie quotidienne et le jeu consiste à observer, imaginer surtout ! Peu à peu d’autres espaces, du plus petit au plus grand, à l’immense, à la rue et aux maisons, à la terre, au monde, aux frontières. Tout ce qui en découle. Le texte est riche, ludique, les exercices de style intéressants pour nous réapprendre à savourer ce qui nous entoure, le décortiquer pourquoi pas et prendre conscience, ne pas en perdre une miette.
Un texte servi par de bons comédiens qui l’air de rien s’amusent comme nous ! La mise en espace et en scène d’Anne-Marie Lazanni est intelligente, distrayante, elle donne envie de replonger dans l’univers de Pérec, trop tôt disparu.
Anne Delaleu

Fermer
Logo Froggy's Delight

C’est intelligent et de plus en plus efficace

"Les Athévains proposent un voyage dans l’espace pour le modique prix d’une place de théâtre. Aucun entraînement requis, excepté l’exercice de la... Lire plus

"Les Athévains proposent un voyage dans l’espace pour le modique prix d’une place de théâtre. Aucun entraînement requis, excepté l’exercice de la mémoire et du sens."
Ainsi pourrait-on annoncer "Espèces d'Espaces", ce spectacle étrange, qui tient de l’expédition, de l’itinéraire descriptif, du périple amoureux en Langue française.
Georges Perec, météore d’écrivain, auteur de "La vie, mode d’emploi", explore les évidences comme des rues maintes fois traversées et en révèle la complexité, que le mot simple travestit. Le mot devient chose et objet, et la vie, une traversée magnifiée par l’observation, les "Lieux d’une fugue", pour parapher son autobiographie posthume.
Au service de cette croisière initiatique en mots croisés et symboliques, Anne-Marie Lazarini a opté pour une mise en scène magique, ponctuée de chutes d’objets, comme des mots qui se concrétiseraient en matière, traversée d’images, balayées par un Cerveau-émetteur, ponctuée de déménagements divers, pour ne pas se "cogner aux meubles" en passant d’un espace à l’autre. C’est intelligent et de plus en plus efficace.
Trois merveilleux comédiens, Michel Ouimet, un homme des mots, sensible, nuageux et soudain dense, Andréa Retz-Rouyet, dans le rôle de la vieille dame digne qui prend garde de ne pas rouler sur les objets, faisant mine d’hésiter pour mieux révéler ce qu’elle a toujours su, et Stéphanie Lanier, charmante et étonnée, dans le rôle de l’enfance et de la surprise, magnifient le texte de Perec.
La belle scénographie de Dominique Bourde et de François Cabanat, aux douces lumières finales d’un soupirail, contribue à la réussite d’un spectacle saisissant, qui entraîne l’âme, élève vers des espaces intimes et soudain réveillés.
Christian-Luc Morel

Fermer
Logo Theatrauteurs

Allez voir et entendre cette curiosité théâtrale

Espèces d'espaces de Georges Perec « Espèces d’espaces » a été publié en 1974, et on peut dire que Georges Pérec avait... Lire plus

Espèces d'espaces de Georges Perec
« Espèces d’espaces » a été publié en 1974, et on peut dire que Georges Pérec avait préfiguré la vision qu’offre Google Earth du monde, allant du plus petit au plus grand, et inversement, selon ce que le spectateur voudra, comme un jeu de situations emboîtables.
Nous avons sur la scène de l’Artistic Athévains une sorte de florilège de l’oeuvre entière de cet étrange écrivain, lexicomaniaque affirmé, plein d’angoisses et d’interrogations. « Usager de l’espace », mais comme nous le sommes tous, on perçoit en lui toujours la crainte de quelque chose, ou que quelque chose échappe à son entendement, ou à ses questions. On le perçoit plus inquiet et insatisfait qu’amusé, plus intrigué que rassuré, tout autant déçu des savoirs acquis que craintif de ce qui lui reste à découvrir, partout dans le monde, et par-delà, autour de l’univers. C’est une vision qu’on pourrait qualifier d’encyclopédique que Pérec donne à partager, parce que le savoir passe par le questionnement et celui-ci ne provient que de la curiosité et de la volonté de comprendre. Le regard de Pérec se veut tout ensemble curieux, tendre, ironique, mélancolique, nostalgique, amusé, et Anne Marie Lazarini parvient à donner à voir ce que l’auteur écrit de ce qu’il perçoit lui-même. La prouesse n’est pas de peu d’envergure. Elle est magnifiquement servie par Dominique Bourde et François Cabana qui assurent une scénographie des images et des lumières qui donnent aux textes un relief tout particulier. Parce qu’il n’est jamais simple, ni parfois très fondé, de mettre en scène des textes non écrits directement pour le théâtre, ce travail collectif apporte à « Espèces d’espaces » la dimension théâtrale à laquelle on ne s’attend pas de prime abord. Vous verrez que tout ici s’enchâsse dans une logique de loupe terriblement grossissante, avec des repères pour les uns, des lieux de perte, ou de perdition, pour d’autres. Cette littérature expérimentale, toute issue de l’Oulipo, peut désarçonner, comme elle peut séduire. Elle n’en constitue pas moins une forme d’expression qui n’est pas dénuée de poésie, où le charme peut se trouver dans l’accumulation des verbes, ou des substantifs, comme dans l’absence de lettres de l’alphabet. C’est en quelque sorte une écriture en recherche permanente. On pourra dire que c’est savant, mais on pourra aussi dire que cela est berçant et léger, comme une comptine. Au travers de ce voyage lexical de 1h30, c’est la vie de l’auteur, ses pérégrinations qui sont ici retracées, par les voix entremêlées de Stéphanie Lanier, Andréa Retz-Rouyet et Michel Ouimet, dont le patronyme n’eût pas manqué de séduire Pérec. Il existe à Paris une rue Georges Pérec, dans le 20ème arrondissement ; elle est surtout faite d’escaliers et ne dessert aucune porte de maison ni d’immeuble. Hommage ou paradoxe ? Nos édiles ne doivent pas trop fréquenter les bibliothèques... Allez voir et entendre cette curiosité théâtrale, mais attention : les jours et horaires sont irréguliers, aussi faut-il se rapprocher du théâtre. Cela aurait dû plaire à Pérec.
Frédéric Arnoux

Fermer
Logo Fous de Théâtre

Après Echenoz, Anne-Marie Lazarini porte Perec sur les planches…

Après Echenoz, Anne-Marie Lazarini porte Perec sur les planches… Assurément, les écrits non théâtraux inspirent joliment la metteur en scène... Lire plus

Après Echenoz,
Anne-Marie Lazarini porte Perec sur les planches…
Assurément, les écrits non théâtraux inspirent joliment la metteur en scène présidant à la destinée des Athévains. Après la transposition de l’exquis “Ravel“ d’Echenoz tout en jazz et bleu Klein, à propos duquel nous n’avions tari d’éloges et qui lui valut fort justement le prix Laurent Terzieff 2013 du Syndicat de la Critique (meilleur spectacle privé), voici qu’elle donne “dramatiquement“ corps aux “Espèces d’Espaces“ de Georges Perec. Un drôle d’inventaire poétique, tendre, doux, taquin, nostalgique et mélancolique de nos lieux de vie que le célèbre membre de l’Oulipo, auteur de “Je Me Souviens“, établit avec une rigueur très subtilement débridée et digressive en 1974. Aussi malicieuse, originale et séduisante que le livre, la proposition est à découvrir sans faute jusqu’au 26 avril.
“Décrire l’espace“ donc. Du plus modeste, comme celui d’une feuille de papier, à l’infiniment grand. L’univers. Le définir. Lui attribuer une sorte de mode d’emploi. Le commenter. Y rattacher ses souvenirs, ses envies, ses appréhensions. Le lit, la chambre, l’appartement, l’immeuble, la rue, le quartier, la ville, la campagne, les pays, le monde. “Vivre, c’est passer d’un espace à l’autre en essayant le plus possible de ne pas se cogner“. “Banalités“, “petites pensées placides“, “travaux pratiques“… Observer l’activité des occupants d’un immeuble, inventer une pièce qui n’aurait aucune fonction, lister les endroits où on a dormi. Déménager. Emménager. Privilégier la dispersion plutôt que de vivre dans un lieu unique. Et finalement constater que “l’espace fond comme le sable coule entre les doigts“…
Partant de cet admirable patchwork littéraire, par ailleurs saisissant reflet des usages de l’homme moderne, Anne-Marie Lazarini invente un réjouissant et délicat bric-àbrac théâtral pour trois acteurs-narrateursacadémiciens en herbe se mouvant au coeur d’une scénographie évolutive, pleine de surprises, généreusement accessoirisée (non sans humour…). Interactivité du récit avec des projections-illustrations en fond de scène et sur le sol, objets tombant des cintres, maquettes explicatives… Simplicité et créativité de l’entreprise convainquent sans réserve. Enthousiasment. Andréa Retz-Rouyet, Stéphanie
Lanier et Michel Ouimet (Ravel, c’était lui) se révèlent impeccables et nous embarquent avec délice, sensibilité, et intelligence dans leur singulière mission spatiale.
Allez-y !
Thomas Baudeau

Fermer
Logo Webthéa

Spatialité mode d’emploi

Spatialité mode d’emploi En 1974, Georges Perec (1936 – 1982) écrit ce texte en douze chapitres aux accents philosophiques. Il y questionne de manière... Lire plus

Spatialité mode d’emploi
En 1974, Georges Perec (1936 – 1982) écrit ce texte en douze chapitres aux accents philosophiques. Il y questionne de manière méthodique, jusque dans les détails, les caractéristiques des espaces dans lesquels vivent les hommes. En partant de la feuille blanche, qui constitue son premier espace relationnel d’écrivain, puis d’un lit, il élabore un inventaire des différents espaces dans lesquels s’inscrivent leur quotidien : la chambre, l’appartement, l’immeuble, la rue, le quartier, la ville, la campagne, le pays et le monde. Pour chacune de ces localisations, fines observations méthodiques du quotidien, descriptions, usages, constats, théories, à ce jour non encore appliquées ou irrésolues, tissent un cheminement dans la pensée propre à répondre aux idées reçues en repoussant leurs limites. Des propos tour à tour emprunts de gravité ou de légèreté, colorés de poésie et d’humour, pour échapper à la stricte fonctionnalité des lieux évoqués et ouvrir sur un “inutile ” nécessaire à la vie. En stigmatisant “ l’inhabitable : la mer dépotoir, l’architecture du mépris et de la forme, l’étriqué, l’encagé, les bidonvilles, les judas ou les blindages de portes ….”. Ou encore les frontières, “où pour des millions d’hommes la mort est venue d’une légère différence de niveau entre deux points éloignés de cent mètres.” Une manière de reconquérir “ le monde, non plus comme un parcours sans cesse à refaire, non pas comme une course sans fin, un défi sans cesse à relever, non pas comme le seul prétexte d’une accumulation désespérante, ni comme l’illusion d’une conquête, mais comme retrouvaille d’un sens, perception d’une écriture terrestre, d’une géographie dont nous avons oublié que nous sommes les auteurs.”
L’écriture en action
Après avoir brillamment porté à la scène le Ravel de Jean Echenoz, en 2013 (Prix Laurent Terzieff du Syndicat de la Critique de Théâtre de Musique et de Danse) Anne-Marie Lazarini orchestre cette belle partition avec une intelligence et une sensibilité, à même de mettre la matière littéraire en mouvement. En apportant à ce texte non théâtral une résonance adaptée, permettant d’en savourer les différentes strates d’écriture à travers les mots prononcés par trois bons comédiens, Stéphanie Lanier, Michel Ouimet et Andréa Retz – Rouyet. Ils trouvent un partenaire très complémentaire et signifiant, dans le décor allusif, les images projetées, les fines maquettes représentatives, animations, objets, lumières et costumes de Dominique Bourde et François Cabanat, fruits d’un attentif travail artisanal, organisant le regard, en allant bien au delà du spectaculaire. Nul doute que cette représentation aurait pu susciter à Pérec un nouveau volet de ses “ Espèces ”, consacré cette fois à l’espace scénique.
Jean Chollet

Fermer
Logo Spectacles Sélection

Cette mise en scène est un bonheur

Télécharger l’article
Logo La Terrasse

Interview d'Anne-Marie Lazarini

24 février 2015. LA BOUSSOLE PLUS QUE LA MONTRE ! Anne-Marie Lazarini met en scène Espèces d’Espaces* de Georges Perec (1936-1982), et invite à réinventer... Lire plus

24 février 2015.
LA BOUSSOLE PLUS QUE LA MONTRE !
Anne-Marie Lazarini met en scène Espèces d’Espaces* de Georges Perec (1936-1982), et invite à réinventer le regard.
Pourquoi ce texte de Georges Perec ? Anne-Marie Lazarini : Perec fait partie des auteurs qui depuis longtemps m’accompagnent et que j’aime. Je trouve ce texte formidable, et d’autant plus qu’on ne se pose jamais la question de l’espace, qui est passionnante. Pour ma part, je cours tout le temps et questionne sans cesse le temps ! Comme le dit Perec, les gens ont des montres et très rarement des boussoles ! Ce texte est un classique pour les architectes, et invite vraiment à regarder autrement. En usager de l’espace et observateur méthodique et minutieux, Perec voyage en douze chapitres d’un espace intime et restreint à un espace vaste et lointain, comme une sorte d’emboîtement, de la page blanche format 21 × 29,7 cm à l’univers, en passant par le lit, la chambre, l’appartement, l’immeuble, le quartier, la ville, la campagne… Comment bouge-t-on dans l’espace et comment le regarde-t-on ? A travers ces questions, et bien qu’il ne soit jamais dans l’autobiographie ou l’autofiction, Perec dit beaucoup de choses sur lui, à sa manière, toujours dans le détour, la distance, ce qu’il appelle le pas de côté. « l’autre en essayant le plus possible de ne pas se cogner », dit-il. J’aime beaucoup son humour et ce regard de biais, à la fois ludique, ironique et mélancolique. Meurtri dans son enfance par la mort de ses parents – son père au front en 1940 et sa mère deux ans plus tard à Auschwitz -, il a toujours été obsédé par le manque, marqué par une sorte de non-identité, et il écrit comme pour retenir quelque chose. « A partir du questionnement de l’écriture, J’ai voulu questionner l’espace du théâtre. » Comment avez-vous aménagé l’espace ? A.-M. L. : A partir du questionnement de l’écriture, J’ai voulu questionner l’espace du théâtre. Le théâtre, la salle et le plateau sont là, légèrement transformés, et sans décor. Le scénographe du théâtre François Cabanat a mis en forme le questionnement de l’espace par un bricolage artisanal, loin de l’idée d’une esthétique de la beauté ou de la sophistication, avec des apparitions, des disparitions, des projections – dont celle du dessin de Saül Sternberg cité dans Espèces d’Espaces comme une des sources de La Vie mode d’emploi, qui laisse voir l’intérieur d’un immeuble. Perec était un oulipien, un bricoleur, un chercheur, un joueur passionné qui a inventé des puzzles et publié des mots croisés. Il écrivait non pas depuis une tour d’ivoire mais en étant ouvert sur le monde et le réel. Tout le passionne. Il se focalise et décrit l’infra-ordinaire, l’insignifiant, l’anodin, l’habituel, l’infime détail, ce qui ne compte pas et qu’on ne voit pas. Une telle écriture et un tel inventaire transforment le regard et l’espace. J’aurais aimé le rencontrer ! Pourquoi trois comédiens pour interpréter le texte ? A.-M. L. : J’ai voulu rassembler le personnage d’une dame âgée, comme l’image de la mère – Andréa Retz-Rouyet -, celui d’un homme, peut-être la voix la plus directe de Perec – Michel Ouimet, qui fut interprète de Ravel -, et celui d’une femme, plus jeune – Stéphanie Lanier. C’est un mélange et un partage. Ce qui me frappe et que je trouve profondément émouvant, c’est que derrière cette écriture, Perec lui-même transparaît. Cette sorte de description minutieuse et remarquablement écrite laisse sourdre l’humain. Propos recueillis par Agnès Santi

Fermer
Logo La Terrasse

Un très beau morceau d’humanité

25 mars 2015. Espèces d’espaces Anne-Marie Lazarini adapte le journal d’un usager de l’espace que publia Georges Perec en 1974 : une intelligence éblouissante du... Lire plus

25 mars 2015.
Espèces d’espaces
Anne-Marie Lazarini adapte le journal d’un usager de l’espace que publia Georges Perec en 1974 : une intelligence éblouissante du texte et de ses enjeux et un très beau morceau d’humanité.
A cour et à jardin, dans les fauteuils qui entourent la scène, sont installées des lettres E et un chat : ceux qui regardaient Perec écrire, « eux » (le père et la mère) disparus dans les charniers de l’Histoire, et le chat, meilleur compagnon de l’écrivain et connaisseur chevronné des recoins les plus confortables de l’espace. Entre les fauteuils, la scène se transforme en page d’écriture, qu’arpentent les trois comédiens en y dessinant les contours de l’habitable, à l’intérieur desquels se tient la condition humaine. Le théâtre, hétérotopie capable d’accueillir tous les lieux, devient l’endroit où se matérialisent les différents espaces que répertorie Perec dans son ouvrage, de la chambre jusqu’à l’univers, en passant par le quartier, la ville et toutes les étapes, du plus petit au plus grand. La malice et la surprise organisent un suspense auquel on se laisse prendre avec joie. La peluche au fond du lit, les petites balles planétaires qui tombent des cintres, la poudre d’étoiles répandue sur le sol, les morceaux de sucre qu’on croque ou avec lesquels on réinvente la marelle : tout force le sourire avec une infinie tendresse.
L’humain en ses biotopes
Théâtre d’objets, théâtre de texte, théâtre du jeu : Anne-Marie Lazarini utilise, pour théâtraliser le texte, tout ce que les arts de la scène mettent à sa disposition. Joli tour de force : l’adaptation résiste à l’illustration, et les images projetées autant que les accessoires sont haussés au rang de compagnons d’interprétation pour trois comédiens pétulants et précis, inventifs et drôles : Stéphanie Lanier, Michel Ouimet et Andréa Retz-Rouyet. La scénographie, les images, les lumières et les costumes sont l’oeuvre de Dominique Bourde et François Cabanat, qui s’amusent à créer une sorte de cabinet de curiosités des espaces, espiègle, décalé et farceur, fin et plaisamment judicieux. Les comédiens y évoluent en géographes du dehors et du dedans, explicitant les états d’âme que font naître les lieux habités et visités. A l’image de la démarche de Perec, savante sans être jamais cuistre, précise sans être ennuyeuse, attachée à l’anodin pour mieux dire l’universel, Anne-Marie Lazarini signe un spectacle subtil et offre un vrai moment de bonheur théâtral, rendant hommage à l’écrivain en se tenant à la hauteur d’inventivité de son talent.
Catherine Robert

Fermer
Logo Télérama

Anne-Marie Lazarini est une aventurière.

Elle aime à relever les paris (adapter au théâtre Ravel, le roman de Jean Echenoz), à explorer les formes (du vaudeville à Marguerite Duras, de... Lire plus

Elle aime à relever les paris (adapter au théâtre Ravel, le roman de Jean Echenoz), à explorer les formes (du vaudeville à Marguerite Duras, de l’opéra à Virginia Woolf). Voilà qu’elle s’attaque à un rude défi : mettre en scène les labyrinthes verbaux et typographiques de l’essayiste romancier Georges Perec. Pas simple ! Mais de la page au quartier, du lit à l’univers, trois comédiens nous y content — dans des décors minimalistes et plutôt conceptuels — combien nos existences sont liées à l’espace, combien tout y est espace. Une métaphore, aussi, de l’art du théâtre, où le monde et l’Histoire tiennent sur quelques planches ? Si le spectacle n’échappe pas toujours à l’abstraction, on y décolle souvent en rêve et poésie.
Fabienne Pascaud

Fermer
Logo Figaroscope

Le charme de Georges Perec

Télécharger l’article
Réduire la liste
Afficher tous

Laissez un avis sur Espèces d'espaces

Votre évaluation :

Votre prénom sera affiché à côté de votre commentaire

Jamais affiché, jamais partagé !

Les avis des spectateurs sur Espèces d'espaces

Anonyme
Anonyme

Oui, je vous remercie vraiment beaucoup. Il est rare que la mise en scène serve aujourd'hui un texte, généralement, les metteurs en scène se servent surtout des textes pour mettre en valeur leur "génie", en tenant à la marge un auteur devenu bien encombrant !
Si vous le montez à nouveau, je viens avec un groupe.
Bien à vous, mes remerciements, Marie Jejcic

0 0

Ce spectacle n'est plus à l’affiche

À l’affiche dans ce théâtre

Les autres pièces du même genre

Ceux qui ont consulté le spectacle Espèces d'espaces ont aussi consulté

  • Les spectacles
  • Espèces d'espaces
  • Notre site utilise des cookies afin d’optimiser la qualité de votre visite et vous proposer des offres adaptées. En poursuivant votre visite vous consentez à l’installation de ces cookies. Vous pouvez prendre connaissance de notre politique de confidentialité et apprendre comment les désactiver en cliquant le lien ci-après.

    En savoir plus

    Fermer