Actualités Actualités Artistic Théâtre

Du Street Art à l’Artistic Théâtre

Reportage

Nous vous emmenons aujourd’hui à l’Artistic Théâtre dans le 11ème arrondissement de Paris. Sur sa façade, nous avons découvert la fresque de Marion Duhamel, qui met en scène des personnes comme figées dans le temps. Cette œuvre permet aux passants de se projeter en tant que spectateur en attendant la réouverture de nos théâtres...

Une œuvre en noir et blanc

Depuis maintenant plusieurs semaines, les passants de la rue Richard Lenoir peuvent observer sur la façade de l’Artistic Théâtre une fresque évoquant les souvenirs d’un temps où nos théâtres étaient ouverts, où leurs artistes jouaient sur les planches et où les spectateurs les acclamaient.  

Sa créatrice Marion Duhamel, artiste, photographe mais aussi membre de la régie de l’Artistic Théâtre, nous a raconté la genèse de cette frise.

 

L’origine de la fresque

« Depuis le début de la pandémie, nous nous adaptons aux directives gouvernementales concernant l'ouverture des théâtres. Nous nous sommes équipés pour recevoir le public en toute sécurité. Nous avons malgré cela dû interrompre les représentations, puis les avons reprises pour quelques soirées avant de baisser à nouveau le rideau. Alors qu'Anne-Marie Lazarini commence sa prochaine création, et en espérant la partager avec nos spectateurs, nous explorons les possibilités de tisser d'autres liens avec eux.

 

La situation que nous vivons a donc joué un rôle important dans la création de ce collage.

J’ai eu envie de redonner vie aux abords du Théâtre et d'évoquer l’attente des spectateurs, de façon très visuelle. L’idée de départ est donc de figurer de façon réaliste une file de spectateurs. Certains sont masqués, d’autres ne le sont pas. Nous sommes à la fois dans une représentation libre du réel et dans une vision très humaine de la situation dans laquelle nous nous trouvons tous.

 

Pour imaginer la façon dont je pourrais afficher ces images au mur, je me suis inspirée des techniques utilisées par les street-artistes (j'aime beaucoup le travail de J.R., bien sûr, certains passants ont vu un clin d’œil à Agnès Varda, celui de Levalet, magnifique). Et pour la solidité du collage, je me suis laissée conseiller par des colleurs (et colleuses !) parfois plus engagées. »

 

Comment avez-vous créé la fresque ?

« Très honnêtement avec les moyens du bord

J’ai commencé par prendre en photo individuellement les personnes représentées sur le mur. J’ai ensuite sélectionné les photos les plus adaptées, on retrouve sur celles-ci des visiteurs de l’époque où notre théâtre était encore ouvert, des proches, des volontaires spontanés.

Puis j’ai utilisé une imprimante classique, du papier au format A4, des ciseaux et de la colle pour faire l’ensemble des collages. Je ne savais pas combien de temps ils résisteraient aux intempéries.

Je rajoute régulièrement une couche de vernis-colle et jusqu’ici ça tient bien ! L’assemblage a été collé fin Janvier, il a résisté à deux bonnes semaines de pluie et de neige. »

 

Quel message avez-vous souhaité transmettre avec cette fresque ?

« C’est un message d’espoir avant tout, porteur aussi d’une poésie essentielle !

Malgré la situation et le découragement qu'elle peut susciter, je ne voulais pas que la façade renvoie au quartier une vision cauchemardesque. Je tenais au contraire à ce qu'elle redonne de la convivialité à la rue : les gens se retournent, s'arrêtent, disent : « c'est beau », « ça fait du bien », « courage ».

 

Oui, à la ré-ouverture, nous porterons des masques bien sûr, mais on n'est pas obligés de trouver cela naturel et de se dire que cela ne changera pas : le papier et la photographie permettent aussi l'utopie !

 

Cela ne m'empêche pas d'être lucide… nous entrons peut-être dans une longue période de renoncement. Mais justement cette fresque offrait la liberté à chacun de choisir (en toute sécurité) sa façon d'attendre, d'exposer son visage nu ou masqué, de dire l'angoisse, la confiance, un peu d'enfance, car dans cette file nous ne savons absolument pas ce qui nous attend. »

 

Comment les passants ont-ils réagi ?

« C'était ma première réalisation de cette taille sur une façade, donc j'étais dans mes petits souliers. Mais dès le moment du collage, les réactions étaient très positives... et rares sont les gens qui passent sans se retourner sur elle.

 

Les personnes ayant servi de modèles sont même revenues pour se prendre en photo devant leur collage. D'autres m'ont demandé de les ajouter mais la façade n'est pas assez longue... il me faudrait des autorisations sur toute la rue ! [Rires !] »

 

Une exposition dans la galerie située en face du Théâtre au 40 rue Richard Lenoir viendra poursuivre cette réflexion sur le chemin contrarié du spectateur aujourd’hui privé d’accès à nos salles de théâtre.

 

Si vous avez l’occasion de passer dans le 11ème arrondissement de Paris, n’hésitez pas à aller voir cette fresque éphémère et à poursuivre votre promenade dans la Galerie ARThévains.

 

Un grand merci à Marion Duhamel, qui nous a fait le plaisir de nous accorder cet entretien.
 

 

Avis des spectateurs

Votre prénom sera affiché à côté de votre commentaire

Jamais affiché, jamais partagé !

Cet espace est réservé aux commentaires concernant l’aspect artistique de ce spectacle. Si votre demande concerne la billetterie ou la disponibilité des places, merci de contacter directement le guichet du théâtre.

Anonyme
Annie

Quelle idée magnifique, belle réalisation, bravo !
Bon courage, on y arrivera.

1 0
Anonyme
Rémi

L'idée est originale et le résultat très chouette. Gageons que cette fresque continuera à égayer la rue même après la pandémie. Bravo Marion!

1 0
Anonyme
François

Sacrée Marion... moi qui l'ai connu haute comme 3 pommes... Félicitations!!!! (Encore une artiste dans la famille mais bon!)

3 0
Alain
Alain - membre depuis 20  mois

Fidèle de cet Artistic Théâtre vous pensez bien que j'ai déjà écrit toute mon admiration pour cette superbe fresque .....Qui nous livre de quoi patienter en file d'attente . Merveilleuse idée et hâte de retrouver toute cette équipe . J'ai assisté à leur "Mégère apprivoisée " c'est une réussite et j'espère que la salle sera vite accessible pour profiter de l'interprétation et de la mise en scène . Tristesse de voir le théâtre vivant si irréductiblement bâillonné....et jusqu'à quand?

2 0

À lire aussi

Dernières actualités

Notre site utilise des cookies afin d’optimiser la qualité de votre visite et vous proposer des offres adaptées. En poursuivant votre visite vous consentez à l’installation de ces cookies. Vous pouvez prendre connaissance de notre politique de confidentialité et apprendre comment les désactiver en cliquant le lien ci-après.

En savoir plus

Fermer