Interviews

retour à la liste
ARESTRUP Niels

Interview Niels ARESTRUP

Rappels magazine, décembre 2010

NIELS ARESTRUP
Véritable bête de scène au charisme dévorant, il est l’un de nos comédiens les plus impressionnants. Si ses performances chez Jacques Audiard sont en passe d’en faire un acteur incontournable du cinéma français, Niels Arestrup brûle déjà les planches depuis plus de quarante ans. Rencontre avec un homme de théâtre. Un vrai.

Rappels. A priori rien ne vous destinait au théâtre ou au cinéma. Qu’est-ce qui vous a mené vers l’art dramatique?
Ma famille n’avait rien à voir, de près ou de loin, avec tout ça. Je suis fils d’ouvrier, immigré danois, ma mère était ouvrière aussi. Evidemment, rien dans mon enfance ni dans mon adolescence ne me portait ou même ne m’attirait vers cette chose qui m’était totalement inconnue.

Alors, comment avez-vous découvert le théâtre?
Grâce à 68. Je devais aller travailler dans l’usine de mon père quand les événements sont arrivés. La grève générale a tout suspendu. Il y a eu une sorte de parenthèse enchantée où chacun a pu se poser la question de ce qu’il voulait faire, du chemin et du sens qu’il voulait donner à sa vie. Exactement à ce moment-là, j’ai vu à la télévision une interview de Tania Balachova. Il était dit qu’elle était prof d’art dramatique, je ne savais pas vraiment ce que ça signifiait mais j’étais très séduit par sa voix très douce, ses yeux très clairs, son élégance. Je l’ai trouvée d’une beauté extraordinaire, qui n’avait rien à voir avec ce que j’avais pu voir jusque-là: c’était une présence, un charisme très impressionnants. A la façon de certains qui ont reçu un appel, moi j’ai eu la certitude qu’il fallait que je voie cette femme. En bas de l’écran défilait l’adresse de son cours de théâtre: le samedi suivant, je m’y suis rendu pour la rencontrer et j’ai assisté à l’un de ses cours.

Quelle impression cette découverte a-t-elle produite sur vous?
J’ai découvert un univers que je ne soupçonnais même pas. Je me suis retrouvé propulsé dans un monde qui, pour moi, était magique. Un monde peuplé de gens avec de grands manteaux dont les poches débordaient de textes, qui parlaient et riaient fort… cet univers était totalement nouveau. Pour moi qui étais si timide et introverti, voir des types de mon âge affirmer aussi spectaculairement leur droit à l’existence, c’était très troublant. Je me demandais comment ils faisaient. Alors je me suis dit que c’était bien un appel, non seulement à rencontrer cette femme, mais aussi peut-être à rester là…

Vous avez effectivement suivi l’enseignement de Tania Balachova pendant deux ans…
J’ai immédiatement tout arrêté pour tenter ce truc. Je ne suis pas retourné à l’usine. Brusquement, l’horizon qui m’était proposé jusque-là me semblait triste: l’usine touchait notre maison, les odeurs de graisses imprégnaient tout, il y avait un bruit de tôle permanent. J’ai beaucoup de respect pour le monde ouvrier, mais là, je découvrais un autre monde, d’autres parfums, d’autres couleurs, d’autres gens… ça semblait être un paradis. Au moins à ce moment-là...

Vous avez dit, quelque part, que, lorsque vous vous êtes tourné vers le théâtre, c’était pour vous “échapper de vous-même”. Il ne s’agissait pas seulement d’échapper à votre condition sociale?
J’étais tellement coincé, tellement complexé qu’il fallait absolument qu’il se passe quelque chose. Il fallait que j’échappe à ce Moi, pour essayer d’en découvrir un autre un petit peu plus audacieux… Et c’est arrivé le jour où Tania m’a obligé à monter sur le plateau. Les premiers mois, bien sûr, j’étais resté tapi au fond de la salle à regarder les autres mais incapable d’y aller moi-même. Elle a dû me menacer de ne plus m’accepter à son cours pour que, dos au mur, je monte sur scène pour la première fois…
Et là, sur cet espace étrange qu’est un plateau, d’un seul coup, toutes mes peurs ont momentanément disparu. Quelque chose a commencé à se libérer...

 

Lire la suite sur rappelsmagazine.com

abonnez-vous à notre newsletter

Actualités, programmation, bandes annonces, offres… Bénéficiez d’avantages exclusifs réservés à la communauté des Théâtres Parisiens Associés.

 
  • Interview Niels ARESTRUP
  • En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

    En savoir plus

    Fermer