Actualités

retour à la liste

Un amour qui ne finit pas d’André Roussin.

23/05/16

Spectacle

JEAN : Je veux vivre avec vous ce que je n’ai connu avec aucune femme. Un amour total de ma part et sans aucune participation de la vôtre ! […]
J’ai tout de même le droit de vous aimer si j’en ai envie !

JULIETTE : Comme il faut être deux vous me permettrez à moi de préférer aimer mon mari.

JEAN : Mais non !

JULIETTE : Comment « mais non »,  mais si !

Michel Fau a le don de faire revivre des pièces des années 60 oubliées par le public. Sa sensibilité exacerbée, la finesse de sa lecture et le soin extrême porté à ses adaptations aussi bien dans le jeu que dans l’esthétisme donnent une perception nouvelle et réjouissante de ces textes boudés.

 

Après « Demain il fera jour » de Montherlant au Théâtre de l’Œuvre il a fait revivre dans ce même théâtre « Un amour qui ne finit pas » d’André Roussin. Et c’est tout naturellement que cette pièce se retrouve aujourd’hui au Théâtre Antoine ou sa précédente adaptation de  « Fleur de Cactus » de Barrillet et Grédy avait déjà connu un grand succès !                                        

A l’occasion d’une cure à Divonne-les-Bains, Jean, négociant en caoutchouc, rencontre une femme mariée prénommée Juliette et décide de vivre avec elle une relation amoureuse épistolaire à sens unique. Il veut ainsi sortir de la médiocrité de ses précédentes relations adultères et aller vers un dessein plus noble.

 

Surprise par les termes insolites de cet arrangement, Juliette se laisse prendre au jeu. Mais les deux conjoints respectifs sont désorientés par cette relation étrange  et tentent de faire cesser ces échanges.

Derrière ce scénario de théâtre de boulevard se cache une vraie profondeur révélée ici par Michel Fau. La pièce propose une réflexion poussée sur l’amour rêvé, l’amour idéal mais qu’on ne vit pas et l’amour que la société tente de circonscrire dans le cadre du mariage bourgeois.

 

« C’est presque du boulevard psychologique ou du boulevard psychotique » confiait Michel Fau lors d’une interview.

 

Le casting est parfait et le jeu des acteurs d’une précision et d’un naturel fascinant. Léa Drucker rayonne du début à la fin de la pièce.

 

« L'humeur est cristalline et d'une drôlerie très particulière. L'humour est fin. Les personnages sont intelligents et pleins d'esprit. » Le Figaro.

 

Saluons pour finir le magnifique décor de Bernard Fau éclairé par Joël Fabing : la scène est séparée en deux salons jumeaux blancs et noirs dans lesquels les deux couples évoluent en parallèle. Une réussite !

Réservez vite vos places pour l’une des 50 représentations exceptionnelles données jusqu’au 8 Juillet au Théâtre Antoine !

 

50 REPRESENTATIONS EXCEPTIONNELLES !

 

Dernière : 08/07/16

 

Mise en scène : Michel FAU

 

Distribution : Michel FAU, Léa DRUCKER, Pierre CASSIGNARD, Pascale ARBILLOT, Audrey LANGLE, Philippe ETESSE

 

 

Avis des spectateurs

Email

Laisser un commentaire

Cet espace est réservé aux commentaires concernant l’aspect artistique de ce spectacle. Si votre demande concerne la billetterie ou la disponibilité des places, merci de contacter directement le guichet du théâtre.

abonnez-vous à notre newsletter

Actualités, programmation, bandes annonces, offres… Bénéficiez d’avantages exclusifs réservés à la communauté des Théâtres Parisiens Associés.

 

Dernières actualités

  • Un amour qui ne finit pas d’André Roussin.
  • En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

    En savoir plus

    Fermer